[Cinéma] Baby Driver – Un film à 1000 à l’heure

La première fois que j’ai entendu parler de “Baby Driver”, j’étais sceptique. Bon, ok, je n’avais à disposition que le titre. Pas d’affiche, pas de synopsis, encore moins de distribution… Avouez que si vous ne savez pas de quoi il retourne vous pouvez vous poser des question. Surtout après “Baby Boss”.



Bref, “Baby Driver” c’est quoi ?

 .

Baby Driver c’est l’histoire de Baby, jeune homme d’une vingtaine d’année qui se retrouve chauffeur pour les braqueurs de banques. Ce boulot, il ne l’a pas choisi. Il a juste une dette à régler envers un “grand patron”. Après sa rencontre avec une serveuse, il va chercher à sortir de ce milieu… Mais on ne quitte jamais le monde criminel indemne… voir vivant.

Alors oui, ça m’a fait penser au film “Drive” de Nicolas Winding Refn (avec Ryan Gosling)… Mais là où “Drive” m’a (énormément) déçue, “Baby Driver” d’Edgar Wright m’a offert tout ce que je voulais voir. De l’action, de l’humour, un brin de romance et un peu de suspense… Baby va-t’il s’en sortir ?

.

 .

Un casting au top

Commençons par Ansel Elgort, il joue bien évidemment Baby. Personnellement je l’avais découvert dans « Divergente » (comme beaucoup d’entre nous je suppose) puis dans “Nos Étoiles Contraires”… Eh bien, le petit Ansel m’a bluffée. J’ai été très agréablement surprise. Il nous offre un personnage principal à la hauteur de mes espérances. Peu bavard (mais tout de même plein d’humour), mélomane (d’ailleurs il faudra m’expliquer comment il fait pour que ses écouteurs tiennent en place malgré tout ce qui lui arrive), as du volant et au coeur pur, il n’a pas mérité ce qui lui arrive. Il faut savoir que l’acteur a eu une préparation intensive d’un mois pour ce rôle. Préparation physique mais pas seulement. Il a également dû apprendre la langue des signes.

Ensuite passons à Jamie Foxx. Totalement crédible dans son rôle de “gangsta psychopathe”. Il m’a effrayée. Je me demandais jusqu’où son personnage était capable d’aller pour sauver sa peau et même pour le plaisir. Il a la gâchette facile, est agressif et immoral… Bon j’avoue que, sans sous-titres je n’ai malheureusement pas tout compris à ce qu’il disait car il n’articule PAS DU TOUT. J’ai bien dû saisir 2 mots sur 5. Ça me donnait une vague idée de ce qu’il disait mais j’ai dû louper pas mal de répliques intéressantes… Enfin bon, je sais que je le reverrai mais avec des sous-titres cette fois.

Jon Hamm quant à lui joue “Buddy”, un braqueur de banque qui au départ m’a relativement plu. Tant qu’on ne l’embête pas il est conciliant. Il ne tue pas, braque des banques mais je dois avouer qu’il garde une certaine morale (jusqu’à ce que…).

“Buddy” est en couple avec “Darling” interprétée par Eiza Gonzáles. Elle est à l’image de son compagnon. Elle a de l’affection pour Baby sans être de l’amour. On peut tout de même remarquer qu’elle le protège un peu.

Bien évidemment je n’oublie pas Lily James qui joue Debora, la serveuse si charmante qui tape dans l’oeil de Baby. Alors attention, certains pourront penser au cliché de “l’ado qui drague la jolie fille”… Eh bien détrompez-vous. C’est elle qui flirte avec lui en premier lieu. Certes il l’avait déjà remarquée mais c’est Baby, pas bavard et en retrait. C’est elle qui engage la conversation. Je l’aime bien. Je l’ai trouvé à la fois fragile et courageuse.

 

.

Une réalisation survoltée

.

Commençons par le commencement… la scène d’ouverture. Elle donne clairement le ton en mettant en avant les trois éléments principaux du films : musique, action et humour.

La musique a une place bien particulière dans le film. Effectivement, Baby ne peut pas s’en passer. Ça l’aide à rester calme malgré toute la pression ainsi qu’à se détendre quand il ne travaille pas. La musique c’est toute sa vie et on le comprend dès les premières minutes. Ce que j’ai énormément aimé c’est le décalage entre la musique et ce que l’on voit à l’écran. On a du Queen tout comme du Gwen Stefani en passant par Barry White et bien d’autres encore. Et gosh ce que ça fait du bien. Ça rend l’atmosphère du film plutôt cool. Au lieu d’avoir de la musique agressive, on a droit à de la musique feel-good un peu rétro la plupart du temps et c’est top ! (La Playlist ici) D’ailleurs après une (petite) analyse de cette playlist, j’ai vite compris que le film avait été créé autour de la musique. Rien que le titre du film est celui d’une chanson de Simon and Garfunkel… Ou encore il n’y a qu’à regarder le clip de « Blue Song » chantée par Mint Royale… Presque autant de références qu’il y a de morceaux dans le film et je trouve ça absolument passionnant.

Ensuite concernant l’action, les scènes de conduites quant à elles sont incroyables ! On est limite vissés à son siège comme si l’on était dans la voiture avec eux. En y repensant c’est le cas pour toutes les scènes de poursuites. Baby est un véritable as du volant et c’est impressionnant.

Pour ce qui est de l’humour, il est sous forme de dialogues mais pas uniquement. Baby étant très peu bavard (l’un des braqueurs de banque le croit même muet à un moment), ça passe aussi par les situations ou ses réactions. Edgar Wright nous offre des dialogues savoureux. 

.

baby-driver-elgort-foxx

.

En bref, j’ai adoré Baby Driver qui est une véritable bouffée d’air frais. C’est un film intelligent qui vous fera passer un excellent moment. C’est assurément LE film de l’été.

Je meurs d’envie de le revoir mais étant à Londres c’est sans sous-titres et en temps normal ça ne m’aurait absolument dérangée (sinon je n’irais pas au cinéma ici) mais la frustration face au jeu de Jamie Foxx me bloque. C’est un excellent acteur mais son rôle veut qu’il mâche ses mots et qu’il n’articule pas… du coup j’aimerais bien le revoir en comprenant tout avant. 

Sortie Française le 19 juillet.


Steven signature

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :