[Critique Littéraire] Là où elle repose – Kimberly McCreight

Titre : Là où elle repose9782749148731web

Éditeur : Cherche midi

Auteur : Kimberly McCreight

Traduction : Élodie Leplat

Parution : 18 août 2016

Nombre de pages : 409

Genre : Thriller

Prix : 19.50€

ISBN : 978-2-7491-4873-1

Où l’acheter : Cherche midi, Amazon, Fnac…

Résumé

« À Ridgedale, petite ville aisée du New Jersey, le corps d’un bébé est retrouvé dans les bois voisins de l’université. Malgré toutes les rumeurs et les hypothèses que ne manque pas de susciter le drame, personne ne connaît l’identité de la fillette et encore moins les raisons de sa mort. Molly Anderson, journaliste indépendante récemment arrivée avec son mari et sa fille, est recrutée par le journal local pour couvrir le fait divers. Une affaire, pour la jeune femme, qui réveille un tourment douloureux. En effet, elle a perdu un bébé et ne s’est jamais vraiment remise de cette épreuve… Or, ses investigations vont mettre à jour certains secrets bien enfouis de cette petite communauté aux apparences si convenables. »

Mon avis 

Premier roman de la rentrée littéraire dans lequel je me suis plongé, du même auteur qu’Amelia, je vous présente, « Là où elle repose ». J’ai découvert ce roman, suite à la lecture du livre « Amelia ». Ayant aimé sa première intrigue, j’ai voulu continuer sur un autre de ses ouvrages et je ne suis pas déçu !

Pour commencer à piquer votre curiosité, l’histoire se passe à Ridgegale, une petite ville du New Jersey sans histoire, du moins jusqu’à ce que le corps d’un nourrisson soit retrouvé mort… Qui a pu faire une chose aussi abominable ? Qui est la coupable ? Molly Anderson va donc mener son investigation en tant que journaliste, mais voilà que les souvenirs de la perte de son bébé refont surface. L’enquête va être difficile pour Molly qui se retrouve tiraillée entre son passé et le présent.

Durant ma lecture j’ai pu remarquer, que les femmes sont majoritairement mises en avant par l’auteur, que les hommes. On retrouve d’ailleurs parmi elles : Molly, Barbara, Sandy et Jenna. J’ai eu quelques problèmes au départ pour me retrouver avec tous ces noms mais finalement j’ai réussi petit à petit à rentrer dans l’histoire. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans le prologue qui nous ouvre lentement l’appétit littéraire. La femme dans ce prologue reste anonyme, une façon pour l’auteur de nous intriguer et par la même occasion de nous happer dans son univers. 

Molly, le personnage principal, parle souvent de sa fausse-couche. Elle n’arrive vraiment pas à s’en remettre. On voit que l’affaire du nourrisson fait remonter des émotions chez elle et je l’ai ressenti à travers l’intrigue. Pour les autres personnages, je vous laisse les découvrir par vous-même afin de ne pas casser votre future lecture en spoilant bêtement.

L’intrigue reste totalement mystérieuse dès le début. Dans le prologue, une femme anonyme est mise en avant, cherchant un moyen de se débarrasser du sac contenant le bébé en question. On cherche des indices pour essayer de savoir, mais rien n’y fait. Il faut attendre bien les 300 pages du livre pour connaître son identité et le motif de ses actes volontaires ou involontaires… J’en ai été surprise, vraiment ! J’étais loin de me douter d’un tel rebondissement. Depuis le début, j’avais en tête un personnage, hors ce n’étais pas elle. L’auteure m’a mené sur une fausse piste et j’apprécie car le mystère reste toujours complet.

EXTRAIT : « Ce n’est qu’après coup que je pense au sac et aux serviettes ensanglantées roulées en boule. Ils sont trop volumineux pour que je puisse les enterrer, pourtant je ne peux pas les laisser là. »

La narration est fluide, quelques passages m’ont mis en difficulté au début avec les nombreuses femmes qui composent le roman. Mais cela reste facile à lire. Les passages sont garnis de rebondissements, et les chapitres sont assez courts pour ne pas nous ennuyer.

La couverture du roman représente des pétales de rose reposant sur un fond turquoise, où le titre prend une grande place. Je n’ai pas encore compris le rapport entre les pétales de rose et l’intrigue, mais je suppose peut-être que c’est pour rendre hommage au bébé décédé. Si vous avez une autre idée, je suis preneuse de vos versions.

En bref, un thriller qui ne vous apporte que des bons moments, l’envie de connaître le fin mot de l’histoire vous colle tout au long et ne vous laisse pas poser le livre une seule fois. Je le recommande vivement !

 

Afficher l'image d'origineRetrouvez par le même auteur et d’un court extrait du roman 

« Amelia avait appris à lire à l’âge de quatre ans et, depuis lors, elle avait toujours eu un livre entre les mains. Elle lisait aux toilettes, en marchant sur le trottoir, dans l’obscurité de la nuit à l’aide d’une lampe torche. Toutes ses étagères n’avaient même pas suffi à contenir sa bibliothèque et le surplus formait de hautes piles adossées à chaque mur. Il était arrivé à Kate de craindre que cette obsession livresque soit un signe de solitude. »

Chronique sur le site : Amelia

13817266_10205459551443265_1260087488_n


Et vous ? 

Avez-vous envie de lire ce roman ? Avez-vous lu l’histoire ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à parler de tout ça dans les commentaires !

13720454_10205419831050280_1378060958_o

Review [Critique Littéraire] Là où elle repose – Kimberly McCreight

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.