[Critique Littéraire] La Parisienne et le Highlander – Jeanne Malysa

Aujourd’hui on se retrouve pour parler du roman de Jeanne Malysa, “ La Salamandre et le Félin “. Il s’agit du premier tome de la saga “ La Parisienne et le Highlander “, la toute première saga de l’auteure. Le livre, qui contient 640 pages, est publié par les Éditions Dreamcatcher directement sur leur site internet au prix de 20€. Il est paru le 11 juillet dernier.

.

111111Synopsis

Suite au décès de son grand-père, Anaïs de Malincourt, jeune libraire parisienne, va se retrouver malgré elle, entraînée dans une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas. Iain Mac Kelloch’, l’aîné d’une dynastie écossaise va se voir charger d’une enquête à laquelle son grand-père lui demande, au-delà de la mort, de se consacrer. Les concours de circonstances (mais en sont-ils vraiment ?) feront se rencontrer les deux jeunes gens qui n’auront pas d’autres choix que d’obéir à leurs aïeux et se lancer à la poursuite d’une mystérieuse pierre d’étoile que les Mac Kelloch’ appellent le Stur Rionnag. Avec un zeste de légende, une part d’aventure, un soupçon de mystère, une pincée d’érotisme, Anaïs et Iain vont vivre avant tout l’histoire de leur destinée.

Ce résumé, présent sur le site internet de l’éditeur, m’avait vraiment donné envie de lire ce livre. On nous promettait une grande aventure, ce dont je suis fan et une pincée d’érotisme, ce que j’aime moins. Mais il y avait ce mot “ pincée “. Je m’attendais donc à un tout petit peu d’érotisme, j’ai très vite déchanté, vous verrez pourquoi plus bas !

J’ai trouvé la couverture magnifique, elle me faisait penser à un blason, comme on peut en voir sur les vieilles maisons, voire les châteaux.

.

L’univers et les personnages

Tout d’abord, intéressons-nous au monde que nous offre l’auteur. Nous sommes dans le réel avec une petite touche de fantastique ou, comme c’est dit plus haut dans le résumé, de légendes ! On découvre une jeune et jolie libraire, Anais, qui va rencontrer Iain, un Lord écossais. Tous les deux vont se retrouver sur une quête mystérieuse, celle d’une pierre toute aussi mystérieuse.

Très vite, on se rencontre que l’auteure a fait de nombreuses recherches pour écrire ce roman, car tout n’est pas inventé. Et ce qui est bien également c’est qu’elle en informe le lecteur, si bien que l’on arrive la plupart du temps ce qu’il est vrai et ce qui est imaginé.

Les personnages ne m’ont pas plu mis à part Marcel et Benjamin, deux amis d’Anais. Cette dernière et son compagnon, Iain, ressemblent à des pervers à moins que ce soit moi qui me fasse des idées. Ils s’énervent pour un rien, se réconcilient pour pas grand chose. Leur relation m’a vite exaspéré. J’aurais aimé que les personnages antagonistes soient plus développés, en espérant que ce sera le cas par la suite.

.

L’histoire

Contrairement à ce que l’on nous avait promis, il n’y a pas beaucoup d’aventure, et beaucoup d’érotisme, pour ne pas dire à chaque chapitre. Ca en devient lassant, et on finit par compter les pages en ayant hâte d’arriver à la dernière. Il ne faut pas oublier qu’il y en a 640 ! J’aurais préféré que le livre soit moins long, avec moins d’érotisme, et du coup l’histoire aurait été plus prenante. Surtout qu’à un moment donné on se demande si l’érotisme n’est pas là juste pour dire qu’il y en a.

La fin de ce premier tome, n’a aucune saveur, ni même de surprise. Le lecteur peut apercevoir la fin longtemps à l’avance. Du coup on en vient à penser qu’avec moins d’érotisme et donc plus d’aventure un tome aurait peut-être suffit.

L’auteure nous livre un premier roman, bien que décevant, encourageant. Oui je continue à penser que s’il y a moins d’érotisme dans la suite, l’aventure sera prenante. Toutefois, je tiens à souligner son travail de recherche, qui est impressionnant. Son imagination est toute aussi surprenante. Je conseille ce livre aux passionnés d’érotisme d’abord, et non aux fans d’aventure, ils seraient déçus.

13493065_10205268998239554_643507745_n.png
 

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Laurence
La Rédac

Comment dit-on déjà? Si vous n’aimez pas, n’en dégoûtez pas les autres?
Pour ma part, j’ai lu le roman de Jeanne Malysa avant qu’il ne soit scindé en 2 volumes. Il comptait alors plus de 1500 pages. Et c’est précisément ce qui m’a attirée. Mieux même, je l’ai lu d’une traite, avalant les chapitres les uns après les autres sans pouvoir m’interrompre, tant je voulais connaître la suite!
J’ai trouvé les personnages principaux très touchants. Il sont pris dans un engrenage qu’ils ne maîtrisent pas du tout, et malgré les embûches, ils font front. Le plus attachant, pour moi, c’est Ian. Malgré son côté géant, autoritaire, sur de lui, c’est un homme blessé qui apprend à se reconstruit doucement. De plus, et je pense que les filles seront d’accord avec moi, il est aux petits soins pour sa belle, qu’il place sur un pied d’estale.
Quant à l’histoire de fond, il fallait vraiment y penser. Alors, un grand bravo pour Jeanne! Effectivement beaucoup de recherches, et donc de nombreux faits réels, qui rendent l’histoire tout fait plausible. Vous ne voudriez pas, vous, aller rendre visite aux Mac Kelloc’h à Tuhata? Le domaine donne vraiment envie!!
Bref, un magnifique roman, que je conseille à tout le monde!
Je dirais même: à quand la suite?

3 mois ago

Review [Critique Littéraire] La Parisienne et le Highlander – Jeanne Malysa

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.