[Critique Littéraire] Le Palais de glace, Vesaas

Je vous présente un classique et chef d’œuvre de la littérature norvégienne. Il s’agit du Palais de glace de Vesaas, publié dans mon édition en 1995 par GF Flammarion, il fait 192 pages.

Voici ce que l’on trouve sur la quatrième de couverture : 

Les poètes, les enfants, les simples d’esprit ont reçu la grâce de voir au-delà des apparences, d’entendre l’inaudible et de se trouver directement au coeur de l’essentiel. Le don de Tarjei Vesaas, peut-être le plus grand écrivain norvégien de ce siècle (1897-1970), aura été de savoir abolir la dérisoire ligne de démarcation entre vie et mort, solitude et présence. Il n’y a pas d’explication toute prête à proposer de ce chef-d’oeuvre qu’est Palais de glace, tant la symbolique en est riche et les harmoniques multiples. Peut-être ne s’agit-il que d’une variation intensément poétique sur le grand secret du thème sacré : l’amour plus fort que la mort. Les deux petites filles qui s’aiment à en mourir, qui aiment l’amour plus qu’elles-mêmes réalisent leur rêve fou, l’une dans la fantastique splendeur de la cascade figée par le gel en un sublime château de glace, l’autre dans un immatériel palais du souvenir. Et l’art de Vesaas, fait d’approches timides, d’élans retenus, d’ébauches à demi suggérées édifie en un texte impeccable un mausolée d’images prestigieuses, de phrases chantantes qui atteint une perfection narrative rarement égalée dans son oeuvre.

91g8n6exzal

Ce livre est parfait à lire par cette période de fêtes qui approche. L’ambiance est glaciale !

Ce roman évoque la relation d’amitié très fusionnelle entre deux jeunes filles de 11 ans : Siss et Unn. Elles se connaissent peu mais une attirance voire une fascination va les attirer. Leur relation est très proche, on sent presque une forme de désir.

Siss vit dans cette ville depuis toujours, entourée de ses parents. Mais tout bascule quand Unn emménage chez sa tante après le décès de sa mère. Tout change quand Unn disparaît.

Le récit se passe du point de vue d’un narrateur qui suit en majeure partie Siss. Il suit un chapitre Unn, lorsqu’elle décide de faire l’école buissonnière pour ne pas revoir Siss si rapidement. Son parcours l’arrête au palais de glace, formé par les éclaboussures d’une cascade et rend l’endroit féérique et lumineux avec les reflets du soleil. Malheureusement, Unn ne sortira jamais de ce labyrinthe de glace.

La majeure partie du livre est les conséquences de cette disparition sur les habitants et surtout sur Siss, qui se fait la promesse de ne pas oublier Unn. Le lecteur suit donc les recherches pour la retrouver, le désarroi de Siss, qui se pose beaucoup de questions et aussi les parents et les élèves. On assiste petit à petit au retour à la vie de Siss, qui s’était oubliée pour ne pas oublier son amie.

Les descriptions des paysages sont magnifiques et très réalistes, on imagine très bien des lieux enneigés ou des étendues de glace à perte de vue.

Le style est assez froid et permet de se concentrer sur Siss. Les autres personnages sont mis à l’écart dans la narration.

Je conseille ce livre pour cette amitié d’enfants si pure et également pour la description des paysages qui vaut le détour.

18


Et vous ?

L’avez-vous lu ? Connaissez-vous Vesaas ? Que lisez-vous ?

bas-de-page

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :