[Critique littéraire] Le plan B – Sylvie Maillard

Titre : Le plan B9782754732963_200x321

Edition : Panthéon

Auteur : Sylvie Maillard

Date de parution : 15 juillet 2016

Nombres de pages : 304

Genre : Aventure

Prix : 20.90€ sur Amazon, Fnac, Librairies…

 

Résumé :

 » Lorsque le commandant Vincent et ses hommes mettent pied à terre, ils ne trouvent autour d’eux que mort et désolation, ruines et silence, comme si tout espèce de vie avait été éradiquée. En patrouillant, ils aperçoivent une survivante, qu’ils recueillent à bord de leur navire militaire. Atterré face à ce chaos inexplicable, l’équipage suit les directives d’une stratégie de repli : le plan B.

Comment vont-ils vivre… Ou plutôt survivre ? Que retrouveront-ils sur terre après de nombreux mois d’isolement ? Une aventure humaine dans un futur proche où tout peut arriver … »

Extrait :

« Les éléments dont vous aviez connaissance et dont vous venez de nous faire part sont significatifs. Par ailleurs l’Officier Girard, après des jours et nuits sans pause, n’a trouvé aucune défaillance technique à nos installations informatiques et à nos équipements de communication. Nous avons la quasi-certitude que la raison de l’absence de relations avec notre commandement terrestre vient de chez eux. Nous sommes donc isolés. En conséquence, nous en sommes à l’instant où le plan B, qui vous a été confié, doit être mis en oeuvre. « 

Mon avis :

Comment m’est venue l’idée de le découvrir plus en profondeur ? Tout a commencé par l’image de couverture, point le plus important que tous lecteurs regardent lors d’un achat ! Ce qui m’a attiré en premier est la couleur, son violet profond, puis l’image d’un coucher de soleil au bord de la mer. Au premier abord, je me suis demandé quel était le rapport de l’image de couverture et de l’histoire en elle-même. Car d’après le résumé,  nous avions affaire à un navire militaire autour duquel ne se trouve que ruines, mort et désolation et non une merveille de la nature qu’est le coucher de soleil. C’est en parcourant les premiers chapitres que je finis par faire le rapprochement. Ce que l’on voit n’est autre que la plage où l’équipage trouve une rescapée dont la vue est voilée de violet.

L’histoire me propulse à bord du navire militaire « le Lancelot ». Au cours de leurs voyages, ils mettent pied à terre sur un sol ravagé. Mais que s’est-il donc p13643796_1872472606227319_474051577_nassé ? Seule la rescapée pourra nous le dire quand les événements violents dont elle a été victime referont surface. Pour l’instant, c’est le brouillard total. Plus aucune trace de vie humaine, excepté la leur et celle d’un chat ! D’ailleurs pourquoi ce chat est-il intégré dans l’histoire ? Je ne le saurais probablement pas avant la fin de l’histoire… Suite à cette rencontre, l’équipage va se voir contraint d’ouvrir la fameuse lettre contenant la mission « plan B ». Que renferme-t-elle ? Je vous laisse lire le roman pour en connaître un peu plus par vous-même !

Le petit inconvénient du roman est qu’il y a trop, mais vraiment trop de personnages, j’ai eu du mal à m’y m’attacher tant il y en avait. D’une page à une autre, on se retrouve avec différentes personnes, j’ai fini par les confondre entre eux. Toutefois, l’auteure a pensé à mettre en début de récit la liste de l’équipage avec leurs noms et leurs fonctions, mais si je veux vraiment connaître chaque protagoniste, il faut que j’aille d’une page à une autre en permanence…

J’ai découvert que le récit contenait deux parties distinctes,  l’une de 31 chapitres, l’autre de 6, suivies d’un épilogue. L’auteur démontre un style d’écriture d’une fluidité renversante, on comprend l’histoire et l’enjeu réel, jusqu’à une fin très surprenante. Ce n’est plus une mission ordinaire, mais une mission de survie. A noter aussi qu’un début de romance s’engage sur l’île entre certains membres de l’équipage. Pourquoi les avoir choisis ? Qu’ont-il de spéciaux excepté qu’ils aient tous accepté la mort ,pour pouvoir faire partir de ce navire ?  Toutes ces questions que l’on se pose dès la première partie trouveront leur réponse dans la deuxième partie du roman.

En effet dans la partie deux, vous allez être très surpris. Je ne m’attendais vraiment pas à cette fin et ces explications ! Que s’est-il finalement passé sur terre ? Qui est Kramer ? Qui est Constance ? Je ne vous en dis pas plus pour ne pas spoiler le roman, mais malgré le nombre trop important de protagonistes, il vaut le détour d’être lu.

L’auteure a su rendre son roman mystérieux, depuis le début, j’ai vraiment cru à une fin du m13866820_1872472609560652_1953575872_nonde totale et irréversible, tout comme les personnages de l’histoire après leur passage sur une terre détruite. Ainsi, l’histoire présente un vrai rebondissement auquel on ne s’attend pas ! Ce qui est exaltant ! Comme le dit la quatrième de couverture, l’écrivain imagine une histoire aussi romanesque que futuriste au dénouement surprenant ! Sylvie Maillard a su apporter un style unique et original, sans trop de détails ni descriptions. Toutefois le roman aurait été encore plus intéressant avec moins de personnages secondaires et plus d’éléments sur leur vie avant « Le Lancelot ».

En bref, j’ai aimé l’histoire, c’est un nouveau genre que j’ai découvert, je ne me suis pas ennuyée une seule fois, mais c’est n’est pas un livre qui figurerait dans mes coups de cœur. C’est un livre destiné aux passionnés d’aventure et d’aventure humaine, ceux-là ne seront pas déçus ! Un grand bravo à cette auteure qui a su installer le mystère dès les premières lignes !

13823694_10205459551363263_1538109927_n

Du côté de l’auteure :

« Née à Bapaume, Sylvie Maillard vit en région parisienne depuis 30 ans.
Son évolution de carrière l’a rapidement amenée à se spécialiser dans les Ressources Humaines.
Ecrire lui a donc toujours été facile, tant professionnellement, qu’à titre privé.
Lassée de la gestion professionnelle des Ressources Humaines, en 2015, encouragée par son entourage, Sylvie Maillard se lance alors dans la rédaction du « PLAN B ».
Courant mars 2016, la Direction des Editions du Panthéon retient son manuscrit ; son ami François Druet illustre la couverture ; et… le roman sort le 15 juillet : l’aventure « commence » ou « continue »… !
Passionnée de voyages, de relations humaines ; sensible aux événements de la vie, à l’évolution de « notre monde », Sylvie Maillard a projeté ses personnages dans un futur proche « où tout peut arriver », « où tout a pu arriver »… comme un « brexit » qu’elle a anticipé à sa façon dans « le monde » du plan B ! »


Et vous ?

L’avez vous-lu ? Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à laisser tout ça dans un commentaire, je me ferais un grand plaisir de vous répondre !

13720454_10205419831050280_1378060958_o

Review [Critique littéraire] Le plan B – Sylvie Maillard

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.