[Critique littéraire] Nous irons tous au paradis, Fannie Flagg

Je vous présente un roman qui sort aujourd’hui ! Il s’agit de Nous irons tous au paradis de la fameuse Fannie Flagg, connue pour Beignets de tomates vertes et Miss Alabama et ses petits secrets. Ce livre fait 400 pages et il est publié chez Le Cherche Midi ce 1er octobre 2016.

J’avais beaucoup aimé Beignets de tomates vertes et je n’ai pas été déçue par cette nouveauté qui reste dans l’esprit familial et convivial propre à cette auteure.

Voici ce que l’on trouve sur la quatrième de couverture

Elmwood Springs, Missouri. Elner Shimfissle, pétillante octogénaire, dérange un essaim de guêpes en cueillant des figues dans son arbre, se fait piquer et tombe de l’échelle. À l’hôpital, elle est déclarée morte. La nouvelle se propage vite dans la communauté. Tous ou presque évoquent cette femme d’un incroyable optimisme, toujours prête à rendre service. Son décès brutal pousse également ses proches à s’interroger sur le sens de la vie en général, et de la leur en particulier. C’est peut-être Elner elle-même qui, contre toute attente, détient les réponses à leurs questions. Revenue inopinément d’entre les morts, à la grande surprise des médecins et de sa famille, elle rapporte en effet des souvenirs de son bref passage dans l’au-delà. Ceux-ci vont bouleverser l’existence de cette petite ville jusqu’ici bien tranquille.
On retrouve dans Nous irons tous au paradis tout le charme de Beignets de tomates vertes : humour, émotion, des personnages plus attachants les uns que les autres et, à travers les petites contrariétés de la vie, un appel au bonheur qui résonnera longtemps après avoir refermé ce livre.

51qxs1-farl

Fannie Flagg sait jouer sur les émotions de ses lecteurs en alternant passages comiques et passages dramatiques. Ce livre est apaisant, car malgré la maladie et la mort, qui sont des sujets angoissants, un sentiment de paix est dégagé dans ce livre.

On lit très facilement ce livre, le style est agréable et on ne trouve pas de longueur. En effet, il y a des moments de suspense qui ponctuent des moments plus calmes.

On s’attache à tous les personnages de ce roman et pourtant ils sont nombreux ! On peut déjà parler de notre héroïne, Elner Shimfissle, une vieille dame très sympathique, qu’on souhaiterait tous comme grand-mère, pour sa gentillesse et son côté un peu rebelle. On suit ce personnage tout au long du livre de sa chute, en passant par sa pseudo-mort puis au retour dans son quartier adoré. Autour d’Elner se déploient beaucoup d’autres personnages avec des rôles plus ou moins importants, mais qui contribuent à l’intrigue à un moment donné. Norma, la nièce d’Elner, légèrement névrosée et grande angoissée essaie de trouver un sens à sa vie, avec l’aide de son époux Macky, qui rassure sa femme en prenant le parti d’Elner. Ce trio familial est le noyau du livre, auquel s’ajoutent des voisins, des commerçants, des médecins, des infirmières, des avocats, des journalistes, une pasteur, et des personnes décédées, sans parler de Sonny, le chat roux et tous les animaux, qui sont les amis d’Elner.

L’ambiance de ce livre est vraiment conviviale et on se sent proche de tous les habitants d’Elmwood Springs. Le lecteur rentre dans l’intimité de chacune de ses personnes notamment par l’aide d’un narrateur omniscient qui connaît chaque détail et surtout tous les secrets de ses personnages fictifs.

Ce livre est un ode à la vie et au bonheur, qui s’avère plus simple que prévu ; il suffit de profiter de chaque instant et de petits plaisirs afin de l’apprécier pleinement.

Je recommande ce livre, plein de vie et d’espoir, qui nous fait prendre conscience de la chance que nous avons.

18


Et vous ?

L’avez-vous lu ? Avez-vous envie de le lire ? Avez-vous lu un autre livre de Fannie Flagg ? 

bas-de-page

Review [Critique littéraire] Nous irons tous au paradis, Fannie Flagg

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.