[Critique Littéraire] Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Aujourd’hui on se retrouve pour une nouvelle critique littéraire et nous allons parler d’un livre très particulier. Il est beau, il est grand, il est puissant… Non, je ne parle pas du dernier thriller de Stephen King mais bien du livre de Patrick Ness : « Quelques minutes après minuit  ».

Ce qui rend ce roman très singulier c’est d’abord le cheminement qui a mené à son écriture. Il faut savoir que l’idée de ce récit est née dans l’esprit de Siobhan Dowd, malheureusement emporté par la maladie, elle n’aura pas le temps de poursuivre son idée. C’est ainsi que Patrick Ness a décidé de reprendre le flambeau et de rendre hommage, à sa façon, à cette auteure si poétique. Avant même d’ouvrir ce roman et d’aborder le fond, il faut dire que cette histoire est très touchante, d’autant plus quand on connaît la qualité finale de l’oeuvre.

Le livre «Quelques minutes après minuit »  est un roman destiné au grand public, petits et grands trouveront leur bonheur dans ce livre, avec un message magique, époustouflant…  L’édition du livre en version illustrée, avec en bonus plusieurs interviews et un document très intéressant sur la création du film, a été publié en Octobre 2016 chez la maison d’édition « Gallimard Jeunesse».

Composé de 215 pages dans le format proposé chez Gallimard Jeunesse, il vous est possible de l’acquérir au prix de 18€ en version papier.

Voici donc le résumé que l’on retrouve sur la 4ème de couverture de « Quelques minutes après minuit »:

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

.

livre-quelques-minutes-apres-minuit

Un message percutant

.

Ce roman nous narre l’histoire de Conor, un jeune homme de treize ans qui vit avec sa mère, atteinte d’un cancer. Son père étant parti refaire sa vie, le petit garçon est l’unique pilier de sa mère, qui, lentement, va sombrer dans la fatigue. Cette situation nous brise déjà le coeur, mais ce n’est pas tout, car le petit Conor fait toujours le même cauchemar, un cauchemar qu’il n’a pas envie d’accepter, qu’il n’a tout simplement pas envie de vivre. Un beau jour, peu après minuit, il fait la rencontre d’un monstre, effrayant. Il pense d’abord à son imagination, mais le monstre va s’avérer être beaucoup plus que ça, car le voici investi d’une mission, celle de faire grandir Conor.

Une histoire époustouflante, je n’ai pas vraiment de mots pour décrire ma pensée. C’est la première fois de ma vie que j’ai eu l’occasion de lire un livre aussi prenant et  à la fois sublime. Il touche un lectorat très grand et pourtant, chacun va se sentir concerner par ce récit. Il y a d’abord ce message fort, celui de l’acceptation de la mort, puis, cette réticence qui émane de Conor. Lui, ne veut pas faire face à la mort, il n’en a pas envie, pourtant, il va très vite devoir la côtoyer et tenter de faire avec.

La relation que l’on découvre dans ce livre entre le monstre et l’enfant est vraiment magnifique. Ce dernier n’est autre qu’un pansement, venu raconter trois histoires au jeune homme. Trois histoires qui vont le forger et lui apprendre beaucoup sur lui-même. À travers ces récits, on découvre un vrai côté philosophique au livre, en dehors de ce message d’acceptation de la mort. En tout cas, j’ai trouvé le lien qui unissait les deux êtres très touchants et je ne me cache pas d’avoir laissé couler mes larmes à la fin de ce chef-d’oeuvre de Patrick Ness.

.


Un style et un rythme fulgurant !

.

Le rythme du récit est très rapide, mais à la fois totalement dans la douceur. On a l’impression que Patrick Ness nous susurre son histoire à l’oreille, qu’il nous dit au début du livre « Voilà, je vais vous raconter une histoire. Maintenant, tenez ce livre et écoutez ». Vous l’aurez surement compris, ce livre n’est pas comme les autres, il est unique, mais avant tout, il est le seul à avoir pu me mettre une telle gifle. Ce récit vous prend, vous brise et vous reconstruit petit à petit. Il n’y a aucun doute de la part de Patrick Ness, les mots sont tranchants, courts, efficaces. Il nous balance d’un côté, puis de l’autre.

Afficher l'image d'origine
Illustration présente dans la version Grand Format


Que dire maintenant du style de l’auteur, déjà que l’initiative est louable et vraiment très jolie, je trouve que Patrick Ness n’a pas essayé d’écrire cette histoire comme Siobhan Dowd l’aurait fait, il a tout simplement pris les idées de l’auteur, il s’est posé et a fait sa propre version de cette histoire. On le retrouve alors dans un style très poétique, froid parfois, mais toujours très doux. Si vous ne connaissez pas encore Patrick Ness, foncez sur ce livre, je vous invite joyeusement à le dévorer jusqu’à la fin ! 

.

Des personnages identifiables et touchants

.

Venons en au personnage de Conor, si pour le moment vous n’avez pas encore compris que ce livre m’a ému au plus au point, vous allez très vite le comprendre. Ce petit garçon nous attire dès le début vers une empathie totale. Quand on le découvre, seul face à ce monde inconnu qui l’entoure, on ne peut rester de marbre. De plus, il a ce petit côté brisé, lassé de la vie qui va vous faire chavirer à tous les chapitres. Mais rassurez-vous, ce livre n’est pas qu’un amas d’émotions, vous allez en ressortir grandit aux côtés du petit Conor, et si lui devient plus mature, vous, lecteur, risquerez bien de prendre conscience de beaucoup de choses ! Je n’évoquerai pas la mère de Conor qui m’a tout simplement subjugué. Pour la grand-mère, je dirai qu’elle est cette personne froide et distante qui essaye de garder la tête haute et de protéger les autres, elle est la seule à tenter de résister à l’émotion, mais vous allez voir que même les plus forts finissent par s’effondrer un jour ou l’autre.

En ce qui concerne le visuel du roman, dois-je vous dire que ce livre est une oeuvre magistrale ? Non, bien sûr que non, vous avez surement dû vous en apercevoir par vous-même. Les illustrations sont belles, elles nous guident dans l’histoire et peuvent même être, si vous ne regardez que les images, une histoire à part entière.

Finalement, c’était une lecture que j’ai aimée, que dis je, que j’ai adoré ! Ce livre se propulse immédiatement dans mon top de mes meilleures lectures et il n’est pas prêt d’être détrôné. Un livre qu’il faut lire obligatoirement, ce n’est même plus un conseil à ce niveau-là, il faut vraiment le lire ! 

Un roman percutant, poétique et sublime qui vous aidera à tout âge à comprendre la perte d’un être cher. Un livre nécessaire et intelligent qu’il faudrait faire lire au plus grand nombre !20


signature-steven

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Christy paillettes
La Rédac

Bonjour merci beaucoup pour ce livre qui m’a donner une vraie claque .Connor quel courageux petit bonhomme à 13 ans. Les personnages sont attachants un récit puissant percutant émouvant remplis d’amour vraiment un gros coup de coeur💟💟💟💟💟 je viens de le finir et mes larmes ne cessent de couler ❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤

1 mois ago

Review [Critique Littéraire] Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.