[Critique littéraire] Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

Auteur : Clémentine Beauvais couv songe à la douceur

Edition : Sarbacane

Genre : Contemporain

Pages : 248 pages

Prix : 15,50€

Sortie : 24 août 2016

 

Résumé :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans, à ce moment-là d’une vie, peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaïkovski – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

 

On va donc suivre l’histoire de Tatiana et Eugène qui s’aiment à des époques différentes. On assiste à cette double histoire d’amour, l’une en 2006 l’autre en 2016. J’ai bien aimé ce roman même si ça n’a pas été un coup de coeur magistral comme la plupart des personnes ayant lu ce roman. On ressent pas mal d’émotions durant tout le récit que ce soit de l’amour, de la peine, de l’espoir, ou encore de l’incompréhension.

 

songe a la douceurLa particularité de ce roman vient directement de son écriture, de la manière dont ça a été mis en forme. En effet Clémentine Beauvais a fait le choix d’écrire ce récit en prose ( en vers libre ). C’est très original. Je n’avais jamais rien lu de tel et ça fait du bien de changer de temps en temps. Ce style d’écriture donne un effet poétique et théâtral au texte. Bien que cela paraisse compliqué de lire en prose, c’est en réalité très simple. Tout s’enchaîne parfaitement bien. La mise en pages joue beaucoup sur la compréhension du texte. Comme ce sont des vers libre l’auteur peut représenter des formes avec les mots afin d’imager le texte. La forme complète parfaitement le fond et j’ai trouvé ça vraiment intéressant. Le petit plus de ce roman est que l’auteur s’adresse directement à nous parfois. Elle a su intégrer des passages familiers dans le texte ce qui rapproche le lecteur et l’auteur. C’est l’une des choses que j’ai le plus appréciée. En ce qui concerne l’écriture, je n’ai absolument rien à reprocher, c’est innovant, poétique et surprenant.

Parlons maintenant de la narration. L’auteur nous propose ici deux points de vus ( si ce n’est trois par moments). On suit les pensées de Tatiana et d’Eugène. Et j’ai trouvé ça très bien, car on peut suivre presque en même temps ce que chacun ressent. Ces différents points de vus nous rapproche un peu plus des personnages. On les connaît mieux, on les comprend mieux. Le style de narration m’a bien plu, car il était utile et bien structuré.

En ce qui concerne le rythme maintenant, j’avoue que je suis un peu déçue, voir frustrée. J’ai trouvé que ça n’allait pas assez vite, qu’il n’y avait pas assez d’actions. Même si ce n’est sûrement pas le but premier de ce roman, j’aurai aimé qu’il y ai un peu plus de mouvements.

Cependant, l’univers et l’ambiance du récit sont très plaisants. Je dirais que l’ambiance est douce, calme et agréable. Et ça fait du bien de se plonger dans un univers qui n’est pas forcément post apocalyptique. Clémentine Beauvais nous propose totalement autre chose de ce que la littérature jeunesse nous suggère.

Les personnages sont complexes et bien travaillés. Je les trouve particulièrement riches de l’intérieur. Ce ne sont pas des personnages superficiels loin de là. Je les ai trouvés attachants bien que je ne me sois identifiée à aucun d’entre eux.

C’est une magnifique histoire d’amour à deux périodes différentes d’une vie. J’ai trouvé que cette histoire avait pour but, un beau message : vivre chaque jour pleinement, faire ce que l’on souhaite afin de ne rien regretter et aller au bout de ce qu’on entreprend, ne rien lâcher. Et bien que j’aie trouvé la fin belle et poétique, j’ai été un peu déçue.

En bref, un roman que j’ai bien apprécié bien que ça ne soit pas un coup de cœur. Des personnages profonds. Un message fort de la part de l’auteur, mais un rythme trop lent à mon goût.

J’avais mis de très très hautes attentes sur ce livre de part tout l’engouement qu’il commençait à y avoir autour de ce livre et j’ai finalement été un peu déçue.

Est-ce que trente-cinq minutes ça suffit pour tomber amoureux d’une femme

ou retomber amoureux

Est-ce que j’étais amoureux d’elle à l’époque

Est-ce que j’avais une subjectivité à l’époque

Est-ce que j’étais vraiment un être humain à l’époque. Eugène

received_10205268998199553


13517984_10205271792829417_1172693243_o

Review [Critique littéraire] Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.