[Critique Littéraire] De cinq à sept, Olivia Koudrine

Je vous présente le roman coup de cœur de cet été ! Il s’agit de De cinq à sept d’Olivia Koudrine publié par Le Cherche Midi, il fait 416 pages.

Voici la quatrième de couverture :

Un certain 17 décembre, il est dix-sept heures.
Charlotte, Parisienne de quarante-huit ans, se prépare à retrouver son jeune amant dans un petit appartement.
Au même moment, à Deauville, Fanny, trente-deux ans, s’occupe d’une cliente bavarde qu’elle n’écoute pas. Elle pense à son fils en pleine crise adolescente, qu’elle élève seule.
À Besançon, Gislaine, la cinquantaine, aide-soignante, profite de son jour de congé pour faire le ménage, malgré son mal de dos, avant de préparer le dîner pour ses filles et son mari.
Tandis qu’à Neuilly, Simone, soixante-quinze ans, attend son kiné. Veuve, elle vit seule et ressasse ses souvenirs.

Quatre femmes, leur quotidien, leurs amours, leurs rires et leurs larmes… Quatre femmes qui n’ont rien en commun, avant que tout bascule. Le même jour, entre cinq et sept, dans un lieu différent, un radiologue annonce à chacune qu’elle a un cancer du sein. Un choc qui met en lumière la précarité de l’existence, qui pose la question de la féminité, du regard des autres et des proches face à la maladie.
L’ombre de la mort fait doucement chavirer les certitudes et retrace les lignes d’un destin inéluctable. Une épreuve qui les aidera à se réapproprier leur vie.

Olivia Koudrine aborde à un sujet peu traité dans la littérature contemporaine : le cancer du sein. Une maladie qui touche une femme sur huit en France. Ce roman nous plonge dans le quotidien de quatre femmes aux antipodes les unes des autres, très attachantes, qu’on suit au fil des jours et qui, face à cette épreuve, vont se révéler. Jamais dans le pathos, ce texte dresse des portraits d’une incroyable justesse.

 

9782749156347ORIJ’ai apprécié de nombreux points dans ce roman. Tout d’abord la forme : chaque chapitre correspond à une date et s’ensuit des sous-chapitres avec l’alternance des vies de ces femmes. J’ai aimé cette forme pour voir davantage les liens entre ces quatre inconnues. Le livre est bien travaillé et bien construit avec un chapitre final qui rend la boucle bouclée. L’histoire se déroule sur plus de deux ans, permettant ainsi de voir l’évolution des personnages

L’écriture est agréable avec une langue vivante et réaliste qui s’adapte aux situations et aux pensées des quatre personnages. Les détails donnés sont suffisants : le lecteur ne reste pas sur sa fin et les descriptions restent équilibrées par rapport à l’action. L’intrigue est prenante et le suspense est présent en fin de chaque chapitre. Un narrateur omniscient est utilisé pour rappeler au lecteur les souvenirs et les pensées des personnages en ne s’apitoyant pas.

Nos quatre héroïnes ont chacune une identité forte qui se montre au fil du texte. Nous suivons Charlotte, parisienne aisée, la quarantaine, la « couguar », mariée à un homme qu’elle n’aime plus, elle a un jeune amant. Fanny, normande de Deauville, travaille dans un salon ongulaire, enchaine les galères entre un ex-mari disparu de la circulation, un fils adolescent sur lequel elle n’a plus aucune autorité et les mauvaises rencontres, Fanny est un personnage qui m’a beaucoup touchée par sa situation difficile. Ghislaine, aide-soignante à Besançon, la cinquantaine est mariée et a deux filles adolescentes. A l’annonce de son cancer elle fera une rencontre déterminante et qui pourrait bouleverser sa vie sans parler d’une lettre faisant remonter des vieux souvenirs. Simone, la doyenne de 75 ans, vivant à Neuilly que nous suivons dans son quotidien entre ses amis et ses souvenirs d’amour et d’amitié ainsi qu’un lourd secret qu’elle a su garder.

Ces quatre femmes apprennent leur cancer du sein le même jour, la même heure. Des différences d’annonces, de stades, de traitements, d’opérations, de rétablissement, de guérison. On suit aussi la difficulté psychologique de l’annonce mais aussi le corps qui change (la maladie et l’âge). De nombreux points sont abordés dans ce texte : l’annonce, la compétence des médecins, le soutien, les changements dans la vie. Mais c’est avant tout un roman sur le choix : choix familiaux, vérité/mensonge, choix de refuser, choix de mourir dignement

Un roman qui présente un sujet grave : le cancer du sein mais qui ne tombe pas dans le pathos  sur fond d’actualités de ces dernières années. Je le recommande !

20


15821011_10206554856665211_1041285050_o

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :