[Histoire] Les Jeux Olympiques – Les disciplines antiques

Ni les victoire de Jeux Olympiques, ni celles que l’on remporte dans les batailles ne rendent l’homme heureux. Les seules qui le rendent heureux sont celle qu’il remporte sur lui-même. Les tentations et les épreuves sont des combats. Tu as été vaincu une fois, deux fois, plusieurs fois ; combats encore. Si tu es enfin vainqueur, tu seras heureux toute ta vie, comme celui qui a toujours vaincu.Épictète

La semaine dernière, je vous parlais des origines des jeux olympiques, les plaçant à l’époque antique. Dans la continuité de notre période « Spéciale Jeux Olympiques », je vais aujourd’hui vous parler… Eh bien des jeux en eux-mêmes, et plus particulièrement des épreuves ! Car oui, les Anciens n’avaient pas d’épreuve d’escrime ou de 200m nage libre. Plongez une nouvelle fois avec moi, nous avons un bond dans le temps à faire !

…..La plupart des informations ici reposent sur les travaux de l’équipe de la société ACTA, qui, à travers l’archéologie expérimentale et plus de 20 ans d’expérimentation, a pu se rapprocher au plus près de ce que pouvait être les jeux antiques.

….

pancrace

….

char
Quadrige

.À l’époque, pas de voiture, de moto ou autre engin motorisé, on utilisait les chevaux, ou bien ses propres pattes. Il est donc naturel que des compétitions incluant des chevaux aient vu le jour. Parmi elles, on compte :

  • Des courses de chars tirés par des poulains
  • Des courses de chevaux montés.

….Mais l’épreuve hippiques phare est sans contexte la course de char tiré par quatre chevaux, des quadriges. Toutes ses épreuves se déroulaient dans l’hippodrome.

13515327_10205275897052020_1564243759_n - copie 2

pancrace - copie

….

..Autre époque, autres épreuves ! L’épreuve de pentathlon actuelle se constitue des épreuves suivantes : 60 mètres haies, saut en hauteur, lancer du poids, saut en longueur et un 800 mètre. Le pentathlon moderne lui, est constitué d’une épreuve d’escrime, de tir au pistolet, de natation, d’équitation et de cross country.
Dans l’antiquité, c’est une autre paire de manche ! Lancer du disque, saut en longueur, lancer du javelot, course et lutte était de rigueur !


A – Le lancer du disque

13883731_10205573093401743_1260811485_n
Discobole, attribué au sculpteur Myron, Vème av. JC

….Le lancer de disque est une discipline avec règles simples : lancer un disque (au départ en pierre, puis en plomb et en bronze, allant de 2,5 à 6 kilos, et mesurant entre 25cm et 40cm de diamètre) le plus loin possible, et ce sans prendre d’élan. Les anciens pouvaient arriver à des performances avoisinant les 30 mètres. ..13515327_10205275897052020_1564243759_n - copie 3

.

.

.

.

.

 

B – Le saut en longueur

1990_24
Saut en longueur

….Chose qui diffère ici avec notre épreuve moderne est que les grecs anciens considérés le saut en longueur comme un lancer de soi-même : des haltères (dont le poids était compris entre 1,6 et 4,6 kilos) dans chaque mains pour propulser son corps, par 5 sauts (sans élan) (ou bien 3 sauts avec élan, la question est encore assez épineuse dans le milieu). En -664, Chionis aurait parcouru la distance de 16,66 mètres de cette manière.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez retrouver une démonstration avec ralenti de ce que pouvait être le saut en longueur dans l’antiquité. Performance réalisée par Cyril Méot, athlète de la société ACTA (avec un reccords personnel à 16,70m).

C – Le lancer de javelot

javelot2
Lancer de javelot (position de tir)

….Contrairement à aujourd’hui où le lancer de javelot se fait avec élan, les antiques utilisaient ce que l’on pourrait appeler un propulseur (lanière de cuir placée sur la hampe mais qui reste dans la main de l’athlète après son lancer) pour améliorer la qualité de vol de leurs javelots, ainsi que la précision et l’angle de tir, et le tout, sans élan !

13515327_10205275897052020_1564243759_n - copie 4Ces trois épreuves ne se pratiquaient que dans le cadre du pentathlon, alors que les courses et la lutte non. C’est pourquoi je les traite de manière à part.

….

pancrace - copie 2

….

course
Course

….Je ne vais pas prendre la peine de vous expliquer le principe d’une course… Un départ, une arrivée, tout le monde part en même temps, le premier qui termine a gagné. Il existait différents types de courses :

  • La course du stade (une longueur de stade, soit environ 192 mètres)
  • Le diaulos (deux longueurs de stade)
  • Le dolichos (correspondant à la longue distance, allant de 7 à 24 longueurs de stade)
course-armes-2
Course en armes

….Je vais un peu plus m’appesantir sur la course en armes, aussi appelée hoplitodromie. Elle se déroulait sur un diaulos
(aller, j’ai précisé ce que c’était juste au dessus), et les athlètes couraient, mais en tenue hoplitique ! C’est à dire casque, cnémides (des jambières) et bouclier (les cnémides furent très vite enlevée, et le casque aussi par la suite).

collage 2
Reconstitution d’une course en armes par les athlètes de la société ACTA.

…….….

pancrace - copie 3

…..

….Que serait les jeux olympiques sans un peu de fight ? On compte trois types de combats possibles, que je vais détailler un peu…

A – Le pugilat (ou boxe antique)

pugilat

Deux pugilistes

….C’est, grossièrement dit, un peu l’ancêtre de la boxe anglaise et française, présentant un plus large éventail de techniques. Seuls les coups à la tête sont autorisés, et le vainqueur est désigné quand l’un des deux adversaires déclare forfait.

….Les pugilistes ne combattaient pas sans rien non plus. Autour de leurs mains, ils portaient ce qu’on appelle des cestes (des lanières de cuir). Ils pouvaient tant servir à protéger les mains des pugilistes, qu’à rendre les coups plus durs.

B – Le pancrace

pancratos-2
Deux combattants en pancrace

….Les origines de ce sport sont un peu floues, mais en somme, on peut dire que le pancrace est une réunion volontaire de différents styles, une sorte de mixe entre la lutte et le pugilat, mais pas exactement. Les combattants portent un pagne, et c’est tout. Aucune protection au niveau des mains.

Tous les coups sont autorisés. Oui, oui. Tous. Seules règles : interdiction d’introduire (doigts dans l’oeil, etc) ou d’extraire (vu qu’on peut tout attraper… Bref, je ne vous fait pas un dessin !). Même si tous les coups sont permis, le pancrace reste moins violent que le pugilat : les mains n’étant pas protégées, certains coups pourraient entraîner des lésions dévastatrices sur les articulations et les os des combattants.

C – La lutte (ou orthepale)

lutte3
Deux lutteurs en position de départ
collage
Reconstitution d’un combat de lutte par deux athlètes de la société ACTA.

….Le but est simple : soulever et amener son adversaire au sol, et ce trois fois, pour gagner. Et attention, on considère que l’on est tombé si autre chose que les pieds touchent le sol ! Épaule, bras, mains… Et c’est perdu !

 

.Si le sujet vous intéresse, je vous conseille fortement (ici) un reportage qui est passé sur France 5 récemment, et disponible en streaming sur les Jeux Olympiques antiques, avec l’équipe de professionnel d’ACTA en action, et avec d’autres chercheurs et spécialistes.

 

….Les jeux antiques sont donc bien différents de nos jeux modernes, mais ce sont eux qui posent la base de la plupart de nos sports actuels. Une chose que l’on a parfois tendance à oublier…


Et vous ? 

Connaissiez-vous ses sports antiques ? Aimeriez-vous les essayez ? 

Dites moi tout en commentaire ! 😉

Océane

Review [Histoire] Les Jeux Olympiques – Les disciplines antiques

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :