[Mythologie] Orphée, le poète maudit

Orphée, tremblant qu’Eurydice ne disparût et avide de la contempler, tourna, entraîné par l’amour, les yeux vers elle ; aussitôt elle recula, et la malheureuse, tendant les bras, s’efforçant d’être retenue par lui, de le retenir, ne saisit que l’air inconsistant.Ovide

Tout le monde a déjà entendu parler au moins une fois d’Orphée, célèbre pour être descendu aux Enfers pour y récupérer sa défunte épouse, pour finalement la perdre une fois de plus… Mais connaissez-vous vraiment le mythe ?

 

gdgd

 

Il faut d’abord savoir que notre petit Orphée avait de grande disposition à la musique et à la poésie, principalement par sa mère, une Muse (selon les version, Colliope, Polhymnie ou Clio). Son père, lui, était le roi de Thrace, une région au Nord-Est de la Grèce, Oeagre. Il est dit que son chant et sa musique pouvaient tout envoûter, animaux, pierre, arbre… tant son art était beau.

scheffer-ary-mort-d-euridice
Ary Scheffer, La Mort d’Eurydice, 1814, musée des beaux-arts de Blois.

…..Amoureux de la nymphe Eurydice, il finit par l’épouser. C’est là que le malheur le touche. Alors qu’ils se promenaient, Eurydice est prise en chasse par ce qu’on pourrait appeler un admirateur, Aristée, un fils d’Apollon. Dans sa fuite, elle se fait mordre par un serpent, et succombe, au grand désespoir d’Orphée, qui devient inconsolable. Tellement inconsolable que partout où il passe, les fleurs flétrissent, les pierres sont tristes (reste à savoir si l’expression « Être triste comme les pierres » vient de là ou non)… Il finit par prendre une décision, qui pour lui, est la dernière et ultime solution pour échapper à la douleur : descendre aux Enfers, et récupérer sa belle.

…..Bon. Je le conçois, on a connu plus ingénieux et moins suicidaire comme plan mais bon. Il ne faut pas oublier qu’on est en mythologie grecque, et que ces héros grecs avaient la fâcheuse tendance à vouloir s’opposer aux dieux…

…..Vous vous souvenez, quand je vous ai dit qu’Orphée était un prodige de la lyre, au point que même les pierres étaient joyeuses ? Et bien ça marche pareil avec les gros chiens pas très commodes à trois têtes (et non, je ne parle pas de Touffu, mais de Cerbère). Les plaignants du champs d’Asphodèle eux même ont arrêté de se plaindre, c’est pour dire ! Hadès et Perséphone – sa femme – ont aussi été conquis par l’art d’Orphée, et accepte qu’Eurydice le suive dans le monde des vivants à une seule condition : qu’il ne se retourne par avant d’avoir atteint la lumière du jour. Tout content, Orphée repart, le spectre d’Eurydice, prenant de plus en plus consistance, sur les talons.

….
…..Je vous ai dit qu’Orphée était un poète maudit ? À votre avis, il a fait quoi, ce neu-neu ? Dans le mile ! Il s’est retourné, à quelques pas de la lumière. Sûrement pour s’assurer que sa belle était bien derrière lui, que le couple infernal ne l’avait pas berné. Et c’est ainsi qu’Orphée dû subir une seconde fois la perte d’Eurydice qui, pour le coup, s’est effacée devant lui. On a connu plus jo-jo comme rupture. Autant dire qu’Orphée n’en menait pas large.

…..La mort d’Orphée… Je vais simplement dire que les scénaristes de Game of Thrones pourraient s’en inspirer tant elle est horriblement gore. On a plusieurs versions possibles de la mort d’Orphée (surtout au niveau des causes), mais la manière même… Déchiqueté par des femmes, rien que ça. On suppose ces quelques hypothèses sur l’origine de l’hystérie meurtrières de ces femmes :
– un égo mal placé, Orphée qui les rejette parce qu’il n’arrive pas à oublier Eurydice
– après la mort de sa belle, Orphée ne s’adonnerait qu’à l’amour homosexuel
– Orphée révèlerait les secrets, les Mystères de l’au-delà, mais seulement aux hommes

…..Mais la version la plus souvent admise, serait qu’Orphée aurait suivit le dieu Dionysos dans certains de ses périples, et que les Ménades – femmes suivant le cortège dionysiaque -, rendue folle par un rite, l’aurait tout bonnement massacré.

…..Baudelaire, Corbière et toute sa clique peuvent se rhabiller ! Dans le genre poète maudit, c’est Orphée qui gagne !

….

et

…..

…..La plupart des textes sur Orphée nous viennent d’un certain Cercops, dont on sait malheureusement que trop peu de chose. Il aurait supposément écrit Poème orphique, Descente aux Enfers ainsi Traité sacré. Il est considéré comme le rival d’Hésiode.

……Un passage des Métamorphoses d’Ovide se consacre aussi au mythe d’Orphée, au Livre X, vers 1 à 142, dont voici un passage :

couv22997271Pour la garder, Orphée devra ne pas tourner

Ses regards vers l’arrière avant d’être sorti

Des vallées de l’Averne, ou tout est annulé.

En grand silence ils ont grimpé un raidillon

Abrupt, obscur, plongé dans un brouillard épais,

Quand l’amoureux époux, près de faire surface,

Redoutant de la perdre, impatient de la voir,

Se retourne. Aussitôt retombée en arrière,

Lui tendant ses deux bras pour prendre et être prise,

La pauvre ne saisit que l’air qui se dérobe,

Et, mourant à nouveau sans un mot de reproche

(De quoi d’ailleurs, fors d’être aimée, se plaindrait-elle ?)

Dit un suprême adieu qu’il n’entend plus qu’à peine,

Puis retombe aux Enfers d’où elle était sortie.

….

inspires

Le mythe d’Orphée, bien plus que celui de Daphé, a inspiré quantité d’artiste à travers toutes les époques.

Luigi Rossi, avec son opéra Orfeo en 1647.
Luigi Rossi, avec son opéra Orfeo en 1647.
La chanson It’s Never Over (Oh Orpheus) des Arcade Fire, en 2013.
La chanson It’s Never Over (Oh Orpheus) des Arcade Fire, en 2013.
L’Eurydice, de Jean Anouilh en 1942, pour le théâtre.
L’Eurydice, de Jean Anouilh en 1942, pour le théâtre.
Le film de Jean Cocteau, Orphée en 1950.
Le film de Jean Cocteau, Orphée en 1950.
Guillaume Apollinaire en poésie avec le Cortège à Orphée, ou Bestiaire.
Guillaume Apollinaire en poésie avec le Cortège à Orphée, ou Bestiaire.
La Nouvelle Eurydice de Marguerite Yourcenar.
La Nouvelle Eurydice de Marguerite Yourcenar.
Jean- Baptiste Corot, Orphée ramenant Eurydice des Enfers, 1861, musée des beaux-arts de Houston.
Jean- Baptiste Corot, Orphée ramenant Eurydice des Enfers, 1861, musée des beaux-arts de Houston.
Emile Lévi, Mort d’Orphée, 1866, Musée d’Orsay.
Emile Lévi, Mort d’Orphée, 1866, Musée d’Orsay.

Et vous ? 

Connaissiez-vous ce mythe ? Qu’auriez-vous fait à la place d’Orphée ?
Dites moi tout en commentaires ! 😉

Océane

Review [Mythologie] Orphée, le poète maudit

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.