[Série] Peaky Blinders – Infiltration au cœur d’un gang Irlandais

Aujourd’hui pas de nouveauté mais une série qui date de 2013 et qui, pourtant et malgré de nombreux atouts, n’est pas très connue en France…

Mon frère m’en avait parlé il y a quelques temps. Un soir, alors que je ne savais pas quoi regarder, j’ai décidé de me lancer. Par chance les deux premières saisons sont sur Netflix. Deux saisons de 6 épisodes de 55 minutes chacun. Je n’ai pour l’instant vu que les trois premiers épisodes de la première saison mais vous donne tout de même mon avis sur cette série.

 

rue Peaky

.

Un contexte historique sombre

 

Birmingham, 1919. La plupart des jeunes hommes reviennent de France où ils ont combattu durant la Première Guerre Mondiale. C’est donc lors d’une période bien sombre que prend place notre histoire… Ravagés par les souvenirs de ce qui s’est passé lors de ces dernières années au combat, l’opium et l’alcool sont bien présents dans la vie des anciens combattants… et la violence aussi. Bien que la série soit le plus souvent assez “soft” de ce côté là, on comprend bien que les protagonistes n’hésitent pas à employer la manière forte pour obtenir ce qu’ils veulent. Quitte à faire régner la terreur. Mais attention, cela ne s’applique pas seulement au gang des Peaky Blinders mais aussi aux autorités. Car oui, l’inspecteur qui est dépêché sur place pour retrouver une caisse remplie d’armes qui aurait été volée fait du zèle, énormément de zèle.

L’atmosphère de l’époque est réellement bien retranscrite. On s’y croirait vraiment. L’Angleterre grise, fumante et boueuse d’une part, pour le peuple ordinaire et l’opulence et les frivolités de l’autre, pour les plus riches. La plupart de l’intrigue prend place dans l’Angleterre citadine, c’est à dire dans la boue et la grisaille. Mais ce n’en est que plus réaliste et c’est cela qui fait la force et le charme de cette série.

.

Capture d’écran 2017-02-07 à 00.26.31

.

Des personnages forts

 

Alors là, tout d’abord le casting est incroyable. Beaucoup de gros noms sont à l’affiche. Deux particulièrement, Cillian Murphy et Tom Hardy (ce dernier n’apparaîtra cependant qu’à partir de la saison 2) mais les personnages le sont tout autant. Laissez-moi vous parler de quelques uns d’entre eux…

Le titre de la série “Peaky Blinders” est tiré du nom du gang qui est au centre de l’intrigue. Dirigé par la famille Shelby, il règne sur la ville.

Le fils aîné, Thomas ‘Tommy’ Shelby, interprété à la perfection par Cillian Murphy, 29 ans au début de la série, revient tout juste de France. Hanté la nuit par des cauchemars où il se revoit au combat, il est accro à l’opium et au whisky… C’est réellement lui le cerveau du gang. Bookmaker (personne qui prend les paris et redistribue l’argent en cas de victoire), il fait tout pour remporter le jackpot en truquant les courses de chevaux, quitte à se mettre à dos de nombreuses personnes. J’aime énormément ce personnage qui a beau avoir un côté froid et manipulateur mais peut se montrer humain et sensible à des moments totalement inattendus.

Puis il y a Grace Burgess… Au premier abord, elle a l’air d’une jeune fille fragile. Fraîchement débarquée à Birmingham, elle se fait engager comme serveuse dans le pub principal de la ville et se rapproche de Thomas. Mais la jeune femme cache bien son jeu… Décidément les Grace sont vraiment des femmes fortes et imprévisibles (il n’y a qu’à voir la Grace de “Frontier”). Je l’aime beaucoup, elle a de la personnalité et est très humaine… Elle fait bien son travail mais ne peut pas s’empêcher de flancher quand cela tourne mal. Chacun de nous réagirait pareil je pense…

Freddie Thorne, quant à lui, est l’ami d’enfance de Thomas Shelby. Communiste notoire, il est recherché par les autorités car à l’époque, ce genre de penchant politique était interdit. Il est fou amoureux d’Ada, la petite soeur de Thomas. Ce dernier n’est d’ailleurs pas au courant mais ne tardera pas à l’apprendre. Malgré leur amitié enfants et ce qu’il s’est passé au front (Freddie a sauvé la vie de Tommy), leur relation s’est dégradée. Maintenant ils se détestent cordialement. Me concernant je n’arrive pas à me faire un avis sur lui. Je suis vraiment partagée… Je n’arrive pas à comprendre certains de ses choix.

Bien sûr, dans le gang il faut toujours une présence féminine pour veiller au grain, et si ce n’est pas Ada qui s’en charge, trop occupée par sa relation avec Freddie, et bien il y a Polly, la tante de Tommy, d’Ada et de Finn (jeune cousin de Tommy). Elle est l’une des dirigeantes des Peaky Blinders et conseille très régulièrement Thomas. Elle a d’ailleurs pris la tête du gang quand les Shelby sont partis combattre en France. Personnellement je l’adore. Elle a une sacrée répartie et ne se laisse pas marcher sur les pieds. De plus elle est jouée par Ellen McCrory, une actrice que j’affectionne énormément (notamment connue pour son rôle de Narcissa Malfoy dans Harry Potter).

Je ne peux pas en finir avec les personnages sans parler de l’Inspecteur Campbell. Engagé par Winston Churchill pour retrouver une caisse volée remplie d’arme, il n’aura de cesse que de traquer les Shelby et Freddie Thorne au passage. Il n’hésite pas à employer la manière forte, ce qui lui attirera les foudres de Churchill.

Alors bien sûr il y a d’autres personnages, comme Curly (ami de Thomas avec qui il a combattu au front), le clan des Lee, Billy Kimber, et de nombreux autres… Mais je préfère ne pas trop en dire. De plus, n’étant qu’à l’épisode 3 de la première saison je n’ai pas énormément de détails sur les autres.

 

1

 .

Une réalisation époustouflante

 

C’est bien simple, la première chose qui m’a marquée lorsque j’ai démarré cette série c’est la qualité de la photographie, l’esthétique si vous préférez. Une merveille. “Peaky Blinders” est un bijou. Chaque plan est travaillé, les couleurs sont toutes en harmonie avec l’époque dépeinte dans cette série. Les transitions sont parfaitement maîtrisées. Les gros plans sur les visages sont bienvenus et chaque acteur a du caractère. Ils ne sont pas d’une beauté banale. Cillian Murphy tout particulièrement. Pour être honnête, les plans sont tellement beaux que j’ai eu un mal fou à faire un choix parmi les photos pour illustrer cet article.

Concernant la bande originale, la musique est à la fois moderne et adaptée à l’ambiance. Je la trouve tout à fait adaptée. Un peu urbaine tout en étant mélodieuse.  Au programme du Nick Cave, comme du Johnny Cash en passant par Arctic Monkeys.  Je ne saurais cependant pas mettre une étiquette sur le style musical du générique -Red Right Hand de Nick Cave- (Napster le qualifie de “Post-Punk”).

.

 

« Peaky Blinders » est une série qui se déguste épisode par épisode. C’est simple, je regarde souvent mes séries d’une traite… Cependant, cette fois-ci je suis plutôt du genre à la savourer en ne regardant qu’un épisode à la fois (par jour) et en ne pouvant rien faire en parallèle (cependant, le nombre d’épisode est peut-être dû à la grippe dont je sors à peine…).

En bref, “Peaky Blinders” est un énorme coup de coeur et je suis ravie de m’y être plongée.

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


Steven signature

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Kamryn
La Rédac

Notinhg I could say

Notinhg I could say would give you undue credit for this story.

6 mois ago

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :