[Sociéte] Harcèlement Scolaire – Marion 13 ans pour toujours

Aujourd’hui, je vais aborder avec vous le thème du harcèlement scolaire. Afin d’illustrer mes propos, j’ai choisi de m’accompagner du livre de Nora Fraisse, Marion 13 ans pour toujours. Ce livre, publié aux éditions Calmann-Lévy, raconte le parcours d’une mère, en l’occurrence l’auteure elle-même, et dont la fille, Marion, s’est suicidée. Il a été prouvé que l’adolescente était victime de harcèlement scolaire et que ce harcèlement est la cause du suicide. Ce roman a également fait l’objet d’une adaptation télévisée diffusée par France 3 le 27 septembre dernier.

14627912_1321604911197477_1402391901_n

La quatrième de couverture

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre. Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces. J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous. J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance. J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire. J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. » On comprend en lisant cette quatrième de couverture que le roman est dur puisque Nora Fraisse s’adresse directement à Marion. Mais on observe aussi que l’auteure désigne différents coupables tels que les « bourreaux » et « l’administration scolaire ». En lisant ce petit résumé j’avais également imaginé que Nora Fraisse proposait des solutions afin de lutter contre le harcèlement scolaire.

L’histoire de Marion

14686226_1321604667864168_10055783_nMarion est une adolescente de 13 ans, en classe de 4°. Elle a de bonnes notes, et travaille peut-être un peu trop bien aux yeux de ses camarades de classe. En effet, la 4°C n’est pas très disciplinée et les professeurs s’en plaignent beaucoup. Marion a du mal à se concentrer, et demande à être changée de classe. Cela lui a été refusé alors que sa maman en a fait la demande. Petit à petit le comportement de Marion change, elle a des remarques sur son carnet de correspondance, qu’elle cache à ses parents prétextant l’avoir perdu. La jeune fille est harcelée par sa classe, mais personne n’agit. Pas même les professeurs, pas même le principal. Personne n’a contacté les parents de Marion afin de les alerter du changement de comportement de leur enfant. Le 13 février 2013, Marion se suicide après avoir encore une fois fait l’objet d’insultes et de menaces. Les chiffres Nora Fraisse leur a réservé un chapitre entier. Ils sont totalement dérisoires pour elle, car, et elle le dit, « On ne se suicide pas. Tout court. ». En effet elle les sort les uns après les autres de manière rébarbative. L’auteure s’en prend un petit peu à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale, qui se réjouissait des résultats d’un sondage dans lequel 86% des élèves interrogés se sentaient en sécurité à l’école : « Comment peut on se réjouir de ces 86% de satisfaits quand cela signifie que 14% des élèves ne se sentent pas en sécurité ? 14%, si je ne me trompe pas, c’est 1,7 millions d’enfants. ».

Le combat de Nora Fraisse

Le collège a tout fait pour étouffer l’affaire, car un suicide c’est bien connu, ça dérange. En particulier lorsqu’il s’agit d’un élève victime de harcèlement au sein même de l’établissement. Le principal a ordonné à son équipe pédagogique de n’avoir aucun contact avec la famille Fraisse. Aucune personne rattachée au collège, enseignants comme élèves, n’étaient présentes à l’enterrement de Marion. L’administration cherchait à se protéger. Dans son livre, la maman de Marion évoque le clip de College Boy du groupe Indochine réalisé par Xavier Dolan. Avec ces images (tout comme avec les paroles), le groupe voulait dénoncer le harcèlement scolaire. Le clip, jugé trop violent, a été censuré par le CSA. En effet, Françoise Laborde, présidente du CSA, expliquait que l’on ne dénonçait pas la violence en la montrant. Là encore c’est une preuve que le harcèlement scolaire dérange fortement les autorités. Il y a une raison à cela, c’est que les harceleurs sont mineurs, et on ne met pas les mineurs en prison. Alors non on ne les met pas en prison, mais il y aurait d’autres solutions pour eux, afin que leurs crimes ne restent pas impunis.

Les solutions

Nora Fraisse propose de nombreuses solutions contre le harcèlement en milieu scolaire. Par exemple, au collège, laisser les élèves dans la même salle14694745_1321604594530842_1906977431_n de classe, ce qui signifie que les professeurs devront se déplacer d’une pièce à l’autre. Cela empêcherait les harceleurs de torturer leur victime dans les couloirs. Les enseignants, tous les 15 jours, feraient le point sur chaque classe. Cela leur donnerait « une chance de repérer un élève en détresse, et pourraient mieux le protéger ou l’aider, en sanctionnant ceux qui lui font du mal. ». Et enfin, elle propose « une tolérance zéro face aux comportements inappropriés ». Même si cette dernière solution est très difficile à mettre en place, les autres sont parfaitement accessibles. Evidemment elles coûteraient du temps et probablement de l’argent, mais je crois que l’on ne peut pas faire d’économies sur la sécurité des enfants ! La citation « Nul ne pouvait se mettre à la place d’une mère, d’un père qui veulent percer le mystère d’une petite vie de treize ans, la tienne, stoppée trop tôt par le cri terrible d’un suicide muet. »


fred

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

J’aimerais beaucoup lire ce livre même si on ne doit pas en sortir indemne.

1 année ago

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :