[Critique littéraire] Trouble Vérité de E.Lockart – Un roman très particulier.

Aujourd’hui je reviens vers vous pour vous partager ma dernière lecture. C’est une lecture très perturbante que vous avez forcément vue passer sur les réseaux sociaux ces derniers mois. Il s’agit en effet du dernier roman de E. Lockhart : Trouble Vérité. C’est l’autrice du roman à succès Nous les menteurs que j’avais d’ailleurs bien apprécié (surtout pour son dénouement il faut bien se l’avouer). Ce roman est publié chez Gallimard. Il a été publié le 12 avril 2018, fait 350 pages environ et coûte 15.50€. Je suis restée assez perplexe concernant ce thriller, je vous laisse voir pourquoi.

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur la quatrième de couverture :

Deux héroïnes fascinantes et complexes.
Allez-vous les haïr? Ou les défendre?
Que fait Jule dans un hôtel de luxe au Mexique, avec une valise pleine de perruques, de maquillages et de déguisements? Et où a disparu la mystérieuse et charismatique Imogen à qui rien ni personne ne résiste?
Désir, jalousie, meurtre(s), romance et une amitié intense, de Las vegas à New York, en passant par Londres et San Francisco.

Je reste très partagée concernant ce que je pense de ce roman car le suspens et l’histoire m’ont plus mais le dénouement et même le mode d’écriture mon laissée un peu sur ma fin.

Une écriture très particulière

trouble véritéTout d’abord le style du livre est ce qui est le plus marquant ici. En effet l’auteur prend le parti de narrer l’histoire à l’envers, c’est-à-dire de la fin (presque) jusqu’à l’origine. En soi le système est plutôt original et on se dit que le suspens va être à son maximum et que l’on va découvrir de plus en plus de choses sur l’histoire. Alors oui, c’est la cas mais moins que ce à quoi je m’attendais. Le suspens était présent mais tout est resté assez confus dans ma tête. La chronologie inversée m’a beaucoup perturbée. Même les lieux des actions se mélangeaient dans ma tête et je ne savais pas vraiment réorganiser cela au cours de ma lecture. On assiste également à des révélations mais pas suffisamment à mon goût. J’ai été surprise par deux éléments dans l’histoire et c’est les seuls moments que j’ai vraiment apprécié. On ne découvre pas grand chose finalement mis à part ces deux éléments que j’ai trouvé particulièrement bienvenus.

Des héroïnes à part entière

Il n’y a pas que la manière d’écrire qui est particulière dans ce roman. Les héroïnes le sont tout autant. En effet elles sont toutes les deux assez torturées. Elles sont spéciales au niveau de leur caractère. On n’arrive pas très bien à les cerner, elles restent toutes deux très mystérieuses. On ne s’identifie pas du tout au personnage principal de Jule que l’on observe plus que tout. On tente de comprendre ses faits et gestes, on la scrute mais elle reste incompréhensible à mes yeux. Cet effet de voyeurisme ma mise assez mal à l’aise parfois, je ne comprenais ce que je venais faire là dedans. On sait d’ailleurs dès le départ qu’elle fuit mais on ne comprend jamais réellement pourquoi. Cela ne m’a pas dérangé sauf à la fin ou je me suis rendue compte que tout ce récit ne m’avait pas beaucoup avancé pour connaître les personnages. Je me suis retrouvée avec une fin de roman dans laquelle je ne connaissais toujours pas les personnages alors que j’aurais souhaité un dénouement époustouflant. Si je devais qualifier cette lecture je dirais que tout est resté assez flou, du début à la fin je n’ai pas forcément vu de progression dans les personnages et la chronologie n’a pas été favorable à mon expérience de lecture. C’est une expérience livresque particulière mais qui vaut la peine d’être vécue. 

14

Clémence (1)

[Critique littéraire] Nous autres simples mortels – Patrick Ness

Vous avez certainement entendu parlé du phénomène Patrick Ness.  Mais si, mais si vous le connaissez j’en suis sûre ! C’est l’auteur de Quelques minutes après minuit, vous voyez, je vous avez dit que vous connaissiez ! Et alors que l’adaptation cinématographique de ce dernier est sortie début janvier, je vous présente le nouveau roman de cet auteur : Nous autres simples mortels. Il est publié chez Gallimard jeunesse et est paru le 21 novembre 2016. Il possède 336 pages et vous pouvez l’acquérir au prix de 16 €, en format papier, en librairie ou sur amazon en cliquant sur le lien en bas du site.

Ce roman me donnait très envie de par sa couverture mais surtout de par son résumé qui m’avait l’air vraiment très original. Et puis il y avait quand même un commentaire de John Green sur la couverture. Je vous avoue qu’il n’y ai pas pour rien dans l’acquisition de ce roman ! Patrick Ness était tellement partout (sur internet) que j’attendais beaucoup de ce roman. Malheureusement je dois dire que j’ai été un peu déçu…

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur la quatrième de couverture :

Et si vous n’étiez pas l’Élu?
Si vous n’étiez pas destiné à être un héros? Celui qui est censé combattre les zombies, ou ce nouveau truc, là, complètement dingue, avec les lumières bleues. Il y a des choses tellement plus importantes que la énième fin du monde! Si vous étiez comme Mikey? Qui veut simplement avoir son bac, passer ce dernier été avec ses amis et, enfin, embrasser Henna (ou plus). Juste se sentir capable de découvrir l’extraordinaire dans sa vie si ordinaire…

.

17-11-07-product_9782075074582_244x0Une intrigue originale

.

Ici on suit l’histoire de Mikey et de son groupe d’amis qui vivent une vie totalement normale. Le monde dans lequel ce roman se situe est mi-fantastique, mi-réel. En effet, il y a un certain nombre de mots étranges, de termes dont on ne comprends pas forcément la signification. Et ce n’est qu’à partir de 70 pages que j’ai vraiment compris pourquoi. Nous sommes en fait, dans un monde fantastique dans lequel il se passe tout un tas de phénomènes étranges gérés par des indies kids. Mais nous ne sommes pas du points de vus des personnages avec des pouvoirs magiques. Imaginez par exemple lire Harry Potter en étant du point de vue d’un moldu, qui se fiche totalement de l’existence de ce monde parallèle et pense juste à aller au travail le matin. Et bien ici c’est exactement la même chose ! Et comme les phénomènes fantastique sont incompris de notre groupe d’amis et bien nous non plus, on ne comprends pas ce qu’il se passe.

Je dois dire que cette originalité m’a au début un peu dérangée et m’a déboussolée. Je ne savais plus où on était, qui étaient les personnages… Mais une fois ce cap franchi je trouve cette idée très novatrice en littérature jeunesse. Je n’avais jamais rien lu de tel.

Cependant, on suit simplement le quotidien de ces jeunes adolescents et j’ai trouvé qu’il manquait d’actions. Et même si j’ai apprécié suivre ce groupe je m’attendais à plus de suspens ou plus d’émotions, ce que je n’ai pas eu…

.

Des personnages surprenants

.

On suit donc quatre personnages principaux même si Mikey reste le plus important. Chacun possède une particularité qui le rend attachant. Je vous les laisse découvrir mais je tiens à dire que j’ai aimé chaque particularité, ça apporte vraiment quelque chose au roman. On suit donc le point de vue de Mikey qui nous raconte sa vie, ses problèmes, ses amours, ses amitiés et tout ça en essayant de comprendre les étranges phénomènes qui se produisent dans la ville. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié même s’il m’a parfois énervée.

IMG_20170109_140247Il en est de même avec tous les personnages du groupe : Je les ai aimé mais ils m’ont parfois vraiment échauffé. Mais cela fait d’eux des personnages comme vous et moi, qui ont leurs qualités et leurs défauts. Tous d’eux se fichent pas mal de savoir si de dangereuses créatures, des zombies ou des mangeurs d’âmes courent dans la ville. Non, tout ce qui leur importe c’est d’obtenir le bac et d’être ensemble pendant cette dernière année.

Patrick Ness se moque totalement des romans fantastique jeunesse (surtout dans les titres de chapitres, où il parle des indie kids en y mettant tous les clichés du genre fantastique, ce qui est très drôle).

.

L’adolescence au cœur du roman

.

Patrick Ness traite ici tous les sujets qui surviennent durant l’adolescence, période réputée pour être difficile. Il nous parle du bac, de l’amour, de l’amitié, de la famille et des conflits que cela engendre. Il évoque également l’anorexie, l’anxiété, l’orientation sexuelle, et toutes les questions que cela pose. Bien que ces thèmes soient souvent abordés en littérature jeunesse et young adult, ils ne prennent pas le dessus sur leur vie d’adolescents. Il passe un message fort qui est : même si vous n’êtes pas celui qui affrontera d’horribles zombies, ou tuera le roi des trolls, vous pouvez vivre des choses incroyables ! Prenez votre courage à deux mains et affrontez la vie, elle vous réserve aussi tout un tas de surprises !

En bref, un roman bien mené avec une situation originale. Patrick Ness se moque avec beaucoup de subtilité des romans young adult et c’est très drôle ! Les personnages sont singuliers et le thème de l’adolescence fait passer un message fort à tous les jeunes !13823620_10205459551203259_1813628796_n


signature-clem