[Critique Littéraire] Aveu de faiblesses, un roman prenant de Frédéric Viguier

Si vous commencez ce livre, vous le lirez d’une traite ! Je vous parle du roman Aveu de faiblesses de Frédéric Viguier, publié par Albin Michel le 4 janvier 2017, il est en format broché et fait 200 pages.

Voici ce que l’on trouve sur la quatrième de couverture :

 » Je suis laid, depuis le début. On me dit que je ressemble à ma mère, qu’on a le même nez. Mais ma mère, je la trouve belle.  » Ressources inhumaines, critique implacable de notre société, a imposé le ton froid et cruel de Frédéric Viguier dont le premier roman se faisait l’écho d’une  » humanité déshumanisée « . On retrouve son univers glaçant et sombre, qui emprunte tout à la fois au cinéma radical de Bruno Dumont et au roman social. Mais au drame d’un bourg désindustrialisé du nord de la France, Frédéric Viguier ajoute le suspense d’un roman noir. Dès lors, l’histoire d’Yvan, un adolescent moqué pour sa laideur et sa différence, accusé du meurtre de son petit voisin, prend une tournure inattendue.

91CHSF5HQuL

 

Un roman déstabilisant

.

Dans une petite ville du Nord de la France, à une demi-heure de Lille vit la famille Gourlet, famille tout à fait « normale » en apparence. Nous suivons notre narrateur Yvan, 16 ans, lycéen professionnel qui travaille dans le domaine du bois.

Tout se passe relativement bien dans cette famille (on sait que le père est porté sur la boisson, Yvan se fait martyriser par des camarades) jusqu’à la mort du petit Romain Barral, un voisin qui a été retrouvé assassiné dans le coin.

Les policiers interrogent donc les voisins alentour et arrivent dans la famille Gourlet et interrogent Yvan. Il faut préciser qu’Yvan est très gentil mais semble un peu limité. Son alibi est qu’il a été chercher des étiquettes de fromages dans des poubelles, mais sa mère par honte (ou pour une autre raison ?) dit qu’il a été faire des courses. Ce mensonge sera décisif pour Yvan.

Les policiers mettent en doute les propos d’Yvan, qui hésite beaucoup dans ses propos. Ils découvrent que l’alibi du supermarché est un mensonge et s’ensuit un périple judiciaire kafkaïen. En effet, Yvan n’arrive plus à se dépêtrer du mensonge de sa mère et s’enfonce petit à petit face à des enquêteurs patibulaires et qui profitent de cette situation pour trouver le coupable parfait sans preuve.

.

Un roman sur l’injustice 

.

Yvan sera questionné, emprisonné, maltraité jusqu’à son « aveu de faiblesses » où il reconnaît le meurtre de Romain Barral car il n’en peut plus et veut retrouver ses parents. Bien entendu les fausses promesses des policiers ne se feront jamais et Yvan est emprisonné. Cette histoire m’a énormément marquée car on se met à sa place : peur, solitude, sentiment d’insécurité et souhait que tout se termine.

Tout s’enchaîne très rapidement : accusation, arrestation, déposition, jugement, emprisonnement. Et Yvan n’aura jamais pu donner sa vraie version entre des policiers infâmes, un avocat qui est plus intéressé par sa paie que par la sortie de son client qu’il croit coupable, un juge qui fait confiance aux policiers et qui expédie cette affaire, des habitants remontés, des jurés insensibles et des parents perturbés. On comprend l’horreur du parcours judiciaire et cela est très effrayant, quel pire scénario qu’accuser un innocent. L’injustice dans tout son état.

Après des années de prison, une confiance en lui, une réflexion sur ce qui s’est produit, Yvan décide de faire appel. Sa nouvelle avocate va lui révéler des informations qui va bouleverser sa vie.

J’ai aimé le suivi de Yvan car sa vie est cyclique dans son déroulement de faits. On voit aussi son évolution : entre un adolescent entouré de ses parents à un homme qui peut faire ses propres choix et voir au-delà du foyer familial un peu trop envahissant. L’injustice qu’il subit est immonde et son calvaire est vécu par le lecteur.

Je ne vous dis pas le retournement de situation finale, mais il vaut le détour de cette lecture !

Je conseille ce livre qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent : colère, pitié, tristesse, vous passerez par plusieurs émotions.

18


15821011_10206554856665211_1041285050_o

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :