[Critique Littéraire] Habeas Corpus – Victor Boissel

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui on se retrouve pour une toute nouvelle chronique qui portera sur le roman de Victor Boissel « Habeas Corpus » .

Le roman « Habeas Corpus »  est un roman contemporain nous dépeignant une société à nous glacer le sang. Ce livre aborde de nombreux thèmes tels que la beauté, la mort, le corps, la perfection et le sacrifice. Il a été publié en 2015 chez la maison d’édition «Les éditions des parias de Babylone».

Composé de 383 pages dans le format proposé chez Les éditions des parias de Babylone, il vous est possible de l’acquérir au prix de 4.99€ en version « Kindle» sur Amazon.

Voici donc le résumé que l’on retrouve sur la 4ème de couverture de « Habea Corpus»:

La jeunesse et la beauté, deux richesses qui d’ordinaire ne font que se dissoudre dans le temps. Mais dans le monde où vit Edgaar Finker, la jeunesse et la beauté forment la monnaie avec laquelle on rémunère ceux qui accomplissent de grandes choses. Un monde idéal, à bien des égards, un monde sans pauvreté, ni crime, ni police, un monde où le bonheur du plus grand nombre est la préoccupation de chaque instant. Or un jour une main meurtrière frappe et une victime tombe. L’impensable est commis. Un meurtre. Il n’existe ni méthode ni institution pour l’élucider. Edgaar Finker, le fonctionnaire qui a découvert le corps, se voit chargé de l’enquête. Il s’engouffre alors dans un dédale d’aventures qui lui révèleront les entrailles de ce monde à la plastique irréprochable.

habeascorpus

Ma chronique littéraire

Un roman  contemporain qui vous plongera dans un monde à la plastique irréprochable ! 

Ce roman nous raconte l’évolution de plusieurs personnages, des pauvres mais aussi des hauts placés. Tout le monde semble heureux et en paix, crime, pauvreté et barbarie ne font plus partie du quotidien de ces hommes. Le travail est devenu superflu et l’Etat à décidé d’une nouvelle façon de récompenser les hommes en leur offrant la possibilité de se rajeunir et plus particulièrement de changer de corps. Des jeux virtuels, des plats sur mesure, la beauté, bref, l’univers qui gravite autour des personnages à bien changé de notre monde actuel, pourtant, l’on retrouve les mêmes codes très particulier qui nous font penser à une exagération de notre société.

Une histoire assez bien ficelé, composée de plusieurs rebondissements, des mystères, une critique de la société actuelle très bien effectuée et bien sûr, des petits indices tout au long du roman. En soi c’est un roman très sympa, pourtant, je n’ai pas réussi à me passionné par toutes les histoires présenté. Je pense que c’est la contrepartie quand on choisit d’avoir plusieurs intrigues.

La narration de ce roman alterne entre plusieurs personnages, on y découvre leurs pensées sans réellement avoir d’émotions, je dois dire que l’écriture de l’auteur est très froide et ne nous permet pas vraiment de laisser aller nos sentiments.

Le rythme de ce roman est long, je dois l’avouer, les premières pages m’ont intéressé, puis très vite je me suis ennuyé car tout était vraiment trop complexe, trop détaillé. On arrivait dans un univers déjà complexe, avec beaucoup d’intrigues, plus des personnages qui mènent chacun une histoire liée certes ,mais tout de même différentes… ça faisait beaucoup.

Un univers dystopique que j’ai beaucoup apprécié, on y retrouve certains codes jeunesse mais aussi un côté très mature, adulte. J’ai vraiment aimé parcourir ce monde et je regrette même de ne pas en avoir appris plus.

Le style de Victor Boissel est extrêmement particulier, soit on accroche soit on accroche pas. Il a un côté très « froid » et assez abstrait d’écrire, certes cela rajoute une grosse richesse au texte mais personnellement j’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’histoire étant donnée qu’il y a beaucoup, mais vraiment beaucoup d’informations. Comme je l’ai dit, cela dépend des goûts de chacun !

En ce qui concerne les personnages je dois dire qu’uniquement pour cette chronique j’ai dû abandonner cette idée de « Secondaires » et « Principaux », pour la simple et bonne raison qu’ici tous sont des acteurs d’un monde « parfait » qui est vraisemblablement corrompu jusqu’à l’os. De tous les personnages présents, nous retenons surtout Edgar Finker, Basile Névil, Daphné Lénoril (Mon personnage favori), Dahlia Solès… Bref, une palette de personnages assez incroyable qui nous prouve qu’il y a eu un véritable travail derrière.

L’intrigue de ce roman, ou plutôt les intrigues sont très nombreuses, l’on retrouve d’un côté une histoire d’amour assez triste, une intrigue politique mais aussi une histoire policière avec une enquête ect… Bref, cela fait beaucoup, certains aimeront, d’autres non, pour ma part j’ai pu trouver dans toutes ces informations des choses qui m’ont plu, notamment l’histoire qui lie Basile et Dhalia. En dehors de cela je pense qu’il y avait trop de choses, même si tout est lié ce n’est pas vraiment le genre de roman que j’aime.

Une ambiance très froide, dénué de sentiment, on y retrouve des personnages qui ne semblent pas voir que leur monde est incroyablement horrible, du moins c’est l’image qu’il en ressort. Pour autant, on ne peut pas dire que l’ambiance ne colle pas avec l’histoire car ici tout est lié, les personnages, l’univers, les intrigues… Une chose est sûre, cette ambiance vous troublera ! 

En ce qui concerne le visuel du roman je trouve que c’est, pour moi en tout cas, le plus gros point faible. L’idée de base est surement bonne, on part surement d’une idée liée à la nature du roman et plus particulièrement pour rendre plus fort le côté « froid » du roman. Mais parlons en deux secondes, cette couverture blanche avec un corps dénudé en gris, je trouve ça très peu esthétique. Certes je ne m’attendais pas à avoir un chef d’oeuvre artistique, mais la couverture blanche ne passe pas du tout avec moi, je ne ressens rien en la voyant et cela me dérange.

Finalement, c’était une lecture mitigée, les personnages étaient sympathiques à découvrir mais ce qui ressort le plus de ce roman c’est cette « masse » de choses, cette masse d’informations. Pour moi le roman est trop riche, certes c’est sympathique, c’est intelligent, mais c’est cruellement long et je suis quelqu’un qui, lorsqu’une lecture l’ennuie dès le départ, n’a pas envie de continuer.

Un roman intelligent, malin, qui vous plongera dans un monde riche en détails ! 
s (5)


Et vous ?

Avez-vous envie de lire ce roman ? Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à parler de tout ça dans les commentaires !

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

J’aime les univers dystopique qui font réfléchir sur les travers de notre société! Alors je retiens ce roman que je ne connaissais pas du tout. Merci pour la découverte.

2 années ago

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :