[Critique Littéraire] Le Monde des rêves de Jeliza-rose Buzor – Quand la science-fiction rencontre l’amour !

De la science-fiction, une grosse pincée d’amour et voici que nous nous retrouvons avez le tout premier roman de Jeliza-Rose Buzor entre nos mains. Aujourd’hui je vais vous parler d’une auteure que j’ai rencontré lors d’un concours Fyctia, d’ailleurs, c’est grâce à cela que je peux vous parler aujourd’hui de ce roman. Il s’agit de son tout premier livre : « Le monde des rêves » !

Le monde des rêves est un roman de Science-Fiction mélangé à de la romance. Il a été publié le 30 Mars 2017 chez la maison d’édition « La Condamine». Composé de 332 pages, il vous est possible de l’acquérir au prix de 3.99€ en version kindle.

Voici donc le résumé que l’on retrouve sur la 4ème de couverture de « Le monde des rêves »:

Une histoire d’amour tendre entre deux héros prisonniers d’une société qui réprime les sentiments.
Murphy, jeune habitante de Magélan, une cité souterraine qui rassemble tout ce qu’il reste de l’humanité en 3015, rêve inlassablement d’un mystérieux jeune homme. Pourtant, en tant que reproductrice, sa destinée est toute tracée : elle doit enfanter au plus vite.
Ethan, passionné de bio-électronique, est le meilleur technicien de Magélan. Cependant, il porte un secret qu’il tente de dissimuler tant bien que mal. Lorsqu’une énigmatique jeune fille entre dans sa vie sans crier gare, la vérité menace d’éclater…
Dans un monde où tous les songes sont enregistrés et visionnés par les autorités, rêver peut être dangereux. En se rencontrant, Murphy et Ethan s’engagent dans une aventure qui les mènera dans une nouvelle dimension : le Monde des Rêves…
.

51KmRGwaKKL._SY346_

De l’amour à la peur

.

C’est ici que notre périple débute. Précisément à Magelan, cette cité souterraine regroupant les survivants de l’humanité. Nous sommes en 3015 et j’aurai tout aussi bien pu vous dire « Bienvenue en enfer ». Car oui, dérrière ces survivants qui s’estiment déjà heureux d’être vie, se trame beaucoup de manipulation et surtout, se cache une société des plus sordides. Murphy est pendant cette histoire notre fil rouge, ou plutôt nos yeux et nos mains. A travers elle, nous allons découvrir la dure vie d’une habitante de Magelan. Car oui, ici, pas d’amour, pas de sexe, et au bout de ces dix huit première année, une cérémonie étrange, décidant pour les adolescents si ils seront placé dans des endroits plutôt sympathiques, ou pas. Vous allez me dire « Mais ça fait Divergente tout ça non ? », moi je vous réponds non. Pourquoi ? Car ce livre à su trouver une autre façon d’exprimer la dystopie, de la vivre, à travers les rêves.

Chaque jeune doit boire lors de cette cérémonie un breuvage qui va dévoiler l’intégralité de leurs rêves depuis qu’ils sont né. Là alors se jour leur destin. Mais ce n’est pas tout, si vous êtes une femme dans cette société, vous aurez peut-être la chance d’être choisi en tant que reproductrice ? Là encore, si cette dernière échoue dans sa mission, elle repart à zéro. Un concept et un univers qui peut paraître dure à comprendre a première vue mais qui va vous immerger dans quelque chose d’encore plus grand et plus impressionnant. Pour Murphy tout va basculé quand Matt, un haut gradé, va la choisir comme reproductrice. Ce choix va lui rendre la vie beaucoup plus facile, mais a quel prix ? Car la jeune femme n’est pas maitre de ses sentiments et sa rencontre avec un technicien de Magelan, un homme qui va bientôt devoir passer son test et qui fait beaucoup de cauchemars. Entre sa vie de reproductrice et un lien sentimentale, Murphy se retrouve tirailler…

J’ai adoré lire ce livre, il a été pour moi une vraie révélation ! Il faut dire que je l’ai lu deux fois car j’avais pu découvrir une version un peu différente lors du concours fyctia. Ce livre est bourré de détails, de rebondissements, mais va vous laisser un peu sur votre faim a cause d’un cliffhanger phénoménal. Je suis plutôt adepte de ce genre de roman qui nous laisse un peu bête devant l’histoire, à chercher, creuser pour comprendre ce qu’il va se passer. Pour autant, quelques petites choses m’ont dérangé, peut-être le fait que cela soit trop sectionné, il aurait fallu apporter la chose de manière plus douce. 

.

Un concept bien mené
.

Ce qui est intéressant dans ce roman, c’est de voir la façon dont la dystopie fusionne avec la thématique de l’amour. Ici, les rêves font tout. Ils peuvent être vos amis comme votre poison. Et je trouve que c’est une très bonne idée car c’est une chose que l’on ne maîtrise pas, que nous devons affronter malgré nos peurs. Le côté « vais-je avoir une vie de misère ou une vie raisonnable » est aussi un théme fort en dystopie et là encore je n’ai pas été déçu du tout. En bref, c’est une lecture que j’ai pris beaucoup de plaisir à faire, la preuve étant que je l’ai lu tout de même deux fois.

Le lien qui unit Matt et Murphy est assez spécial, d’un côté il y a une relation qui se créer, mais la peur surmonte cette relation car si en cinq années elle n’arrive pas à donné la vie, ce sera la fin pour Murphy. Du coup, la transformation des dialogues et du comportement des protagonistes sont hyper intéressant du côté de l’intrigue, c’est un peu notre fil rouge durant tout le roman (bien qu’Ethan va aussi rentrer en jeu).

Parlons de la narration du livre qui nous fait passer chapitre après chapitre par le point de vue de Murphy, Ethan, mais aussi d’autres personnages un peu moins important qui viennent apporter une nouvelle vision. En tout cas, le style de Jeliza-Rose Buzor est fluide, agréable et incisif à certains passages, la composition assez courte des chapitres nous aide à l’immersion dans le roman et c’est un très bon point (notamment le fait que l’on rentre directement dans l’histoire).

Si vous aimez la science-fiction et la romance, ce roman devrait énormément vous plaire. Il s’agit ici d’un savant mélange dystopique qui vous mènera dans un univers sombre et sans pitié !

17

 


signature steven

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :