[Critique Littéraire] Power Club – Alain Gagnol

Et si devenir un super héros était possible en échange d’une somme d’argent ? C’est la question centrale du nouveau roman de Alain Gagnol : Power Club. Sur un thème futuriste et atypique, l’auteur nous attire dans son univers et son histoire, aux côtés d’une société où les riches ont le pouvoir de devenir uniques et puissants. Une mise en bouche aguichante qui m’a tout de suite donné envie de découvrir avec quoi Alain Gagnol allait bien pouvoir nous éblouir. Après lecture je peux vous le confirmer, ce livre est une aventure magique, qui vous emporte dans une fiction totalement addictive.

Ce roman évoque des thèmes très forts comme par exemple le pouvoir, mais aussi un thème très répandu dans les comics et BD : Les super pouvoirs. Pour autant, le récit arrive à nous surprendre, à nous capter et à nous avaler dans son univers. Power Club est un roman young adult, un vrai voyage. Il a été publié le 05 Janvier 2017 chez la maison d’édition « Syros». 

Composé de 495 pages dans le format proposé chez Syros, il vous est possible de l’acquérir au prix de 17.95€ en version papier. Certes c’est une petite brique, mais le récit va très vite et on ne s’ennuie vraiment à aucun moment !

Voici donc le résumé que l’on retrouve sur la 4ème de couverture de «Power Club : L’apprentissage »:

Anna n’est pas née sur Krypton, pourtant elle s’apprête à devenir une super-héroïne. Jeune et riche, elle répond aux critères du Power Club© ! Les termes du contrat sont les suivants : on lui inocule des boosters, une technologie de pointe qui la rend en quelques jours surhumaine, elle entre dans la légende aux côtés des huit super-héros déjà célèbres. En échange, elle se doit d’incarner le rêve absolu, de vendre son image aux médias, aux plus grandes marques. Et, accessoirement, elle est libre de sauver le monde.

.

1540-1Un récit éreintant mais réaliste ! 

.

Power Club nous raconte l’histoire d’Anna, une jeune adolescente faisant partie de la caste des riches. Ses parents, pour son anniversaire, décident d’offrir à leur fille un pass pour passer le casting du power club, la célèbre entreprise où seul les riches peuvent postuler afin de devenir, à terme, un super héros au corps remplit de nano robots. Anna est sous le choc, elle ne s’attendait pas à un tel cadeau, mais la voilà embarquée dans une aventure dont elle rêvait secrètement.
.
Ce récit est éreintant, oui, mais rassurez-vous, il n’est pas ennuyant. Loin d’être un simple roman « d’aventure », Power Club est une expérience à part entière. Ici, le réalisme est si fortement présent que l’on pourrait parfois croire que tout cela est bel est bien la réalité et qu’en ouvrant ma porte je peux tomber nez à nez avec un super héros. Il y a des détails à foison, de l’action, des surprises, des retournements de situation… Vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour vivre, comme Anna, une aventure d’héroïne. Parfois, durant ma lecture, j’avais l’impression de pouvoir parcourir le ciel de New York avec elle, je me sentais embarqué à 100% et pour dire, il m’a été très compliqué de lâcher le livre, je voulais connaitre le fin mot de cette histoire.
.
Au-delà de l’histoire héroïque et surprenante, on découvre un personnage poignant qui attire tout de suite notre sympathie. Certes, Anna est une privilégiée, mais elle est également cette petite jeune fille qui ne connaît pas bien le monde, un brin naïve. Ce que l’on note, c’est surtout sa détermination à  faire régner la justice (comme un vrai super héros des temps modernes) et aussi sa force de convictions. Son amitié avec Lisa va rester, malgré leur différence, un pilier durant tout le roman, elle est cette partie d’Anna qui la ramène constamment sur la terre ferme et j’ai adoré voir cette relation tout au long de l’histoire.
.


sdUn roman à message et un rythme soutenu ! 

.

Power Club n’est pas qu’une simple histoire, c’est un roman avec un message, il nous démontre à travers les péripéties d’Anna, la prédominance d’une société de pouvoir et d’argent qui règle tout avec un peu d’influence. C’est un point vraiment très surprenant car finalement on retrouve cette société aussi bien dans la réalité que dans le livre, je trouve que l’auteur a su intégrer cette notion assez aisément alors que le sujet n’est pas forcément facile.
.
Un rythme qui change très peu durant toute l’aventure d’Anna, à vrai dire je crois qu’ici ce n’est pas vraiment le rythme qui importe mais plutôt l’action. Bien que certains passages sont un peu longs, notamment vers la fin, j’ai trouvé ce petit pavé de 500 pages bien intéressant et consistant. On en ressort certes épuisé (surtout si vous avez tout lu d’une traite) mais aussi émerveillé par les images que nous laisse ce livre.
.
Pour ce qui est du style de l’auteur, j’ai trouvé en Alain Gagnol une certaine facilitée à décrire les scènes, c’était très agréable de se laisser porter et de découvrir un univers plus vrai que nature, de manière très douce et posé. Une réelle surprise pour moi qui ne connaissais absolument pas l’auteur avant et j’avoue que sur ce coup-là, il a su me surprendre ! 
.
En ce qui concerne le visuel du roman, je le trouve plutôt réussi, même si j’aurai vu un autre aspect plus féminin et un peu moins jeunesse. Sinon je trouve que le rouge fait bien ressortir le côté super héros et notamment les références aux tenues de Supergirl et Superman, donc en soit un très bon coup !
.
Un récit réaliste, fantastique et merveilleux qui vous plongera dans la peau d’un super héros pendant de bonnes heures de lecture ! Un roman que je vous recommande si vous ne savez pas quoi lire en ce moment.
18

signature-steven

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :