[Histoire] Hannibal et ses éléphants s’en vont dans les Alpes !

La guerre fait rage. Nous avons déjà passé les Pyrénées et le Rhône avec mes troupes. Rome a peur de notre avancée, mais elle n’a encore rien vu. En nous humiliant après notre défaite durant la première guerre punique, mon père et moi, les tensions sont devenues insoutenables et c’est maintenant moi, Hannibal, qui vais faire payer à la grande Rome ses affronts. Pour ça, je vais aller la cueillir sur son propre territoire, et l’humiliée sur une terre qui est sienne. Je vais…
– Euh Hannibal. Tu as peut être oublié un détail.
– Lequel ?
– Pour battre Rome, il faut une armée. On a des éléphants et des hommes, certes, mais comment comptes-tu nous faire arriver jusqu’à Rome ? Nous n’avons pas de navires.
– Les Alpes mon ami, les Alpes.

Ma meilleure idée dans toute cette expédition, c’est certainement celle-ci : faire traverser à mon armée et à mes éléphants les Alpes. Bah quoi ? Faire traverser les Alpes à des éléphants, ça passe crème non ?

….

Hannibal-BarcaI – La montée

218 av. JC, l’année de ma gloire ! Couronné de succès, j’arrive en octobre au pied de mon défi le plus grand, et certainement la stratégie la plus risquée et inédite jamais pensée : les Alpes. Nous n’avons pas de navires pour joindre Carthage et Rome, alors nous faisons le chemin à pied, ce qui implique de traverser les Alpes, pics glacés et dangereux. Mais si les Romains ont pu les traversés pour aller envahir la Gaule, si les montagnards et les peuples voisins peuvent les sillonner sans crainte, ce seront pas nous, les Carthaginois, qui reculerons...

….

Bon. Okay, ce n’était peut-être pas une si bonne idée que ça. Il fait froid, les troupes ont faim, les éléphants ont le bout des oreilles qui gèlent, et presque tous les chemins qu’on empruntent nous mènent à des cul-de-sac. Et bien entendu, il était hors de question d’acheter une carte Michelin des Alpes, ou de demander à un guide touristique de nous guider, le but étant de faire croire à notre ennemi qu’on n’arrivera pas à sortir de ce dédale de roche et de glace. D’autant plus que j’ai comme un mauvais pressentiment dans ce défilé… Une parois de pierre d’un côté, un sommet au dessus de nous, une gorge étroite… C’est l’endroit parfait pour une embuscade.

….

Hannibal01Et bien ça a pas raté ! Maudit montagnards ! Ils nous attaquent de tous les côtés. L’avant-garde comme l’arrière-garde. Si je vais aider les cavaliers, mes fantassins seront sans protection. Et en plus de ça, mes éléphants commencent à paniquer. On nous canarde de pierre. Et…

Hannibal, dans la bataille, tenta de faire passer son armée dans passage étroit. Mais c’est un échec : il finit par passer une nuit seul, au milieu des Alpes, sans armée si affaire.

Aller Hannibal. Perds pas espoir. Tu les auras demain. Ce n’est pas parce que tu dors sans affaire, sans armée, et sans rien hormis un petit feu crachotant en plein milieu des Alpes à des centaines de kilomètre de ta terre que tu es un raté.

…..

Les montagnards s’épuisent. Ils nous attaquent plus comme des brigands et des voleurs que comme une armée rangée et organisée. Finalement, au bout de 9 jours, nous arrivons au sommet des Alpes. C’est bien connu, la descente est plus simple que la montée : le plus dur est derrière nous.

.

II – La descente

°°°

La prochaine fois, je me tairai. La descente est bien pire que la montée, et pourtant, notre ennemi ici n’est pas humain : c’est la montagne elle-même. Neige, verglas… Je ne compte plus le nombre de chevaux que nous avons perdu, les pattes coincés dans la glace. Le panorama a beau être superbe, blanc et majestueux, les dieux nous mettent à l’épreuve ici. Quand nous glissons, nous n’avons rien pour nous retenir, et rien pour nous relever. Les pieds, les mains et les genoux volent. Le vent et le froid nous glacent. Chaque matin, nous partons en laissant derrière nous des corps de camarade que le froid a pris. Puis comme durant la montée, les chemins sont parfois trompeurs et dangereux, et nous mène vers des précipices ou des colonnes de roches insurmontables.

…..alpes-ski-neige-avalanche-airbag-rechauffement….

Enfin, nous parvenons au bas des Alpes, mais nous sommes bloqués par des roches. Hors de question de faire demi-tour, et de risquer de nous perdre. Alors je demande à ce qu’on apporte mon arme ultime contre la nature : le vinaigre.

« – Pourquoi diable veux-tu emmener du vinaigre !? Pour assaisoner ta salade quand on sera en terres gauloises ?
– Fais moi confiance mon ami. »

J’ordonne alors que l’on coupât du bois, et que l’on attaquât la roche de la montagne, afin de la rendre plus vulnérable. Le bois est alors enflammé, et mis près des roches, sur lesquels on verse du vinaigre, et la magie opère : un chemin se dégage. (Même si la technique utilisé reste encore mystérieuse, il est rapporté par plusieurs auteurs que pour sortir des Alpes, Hannibal a utilisé du vinaigre pour rendre la roche plus friable, et ainsi faire passer sa cargaison).

….Nous sommes finalement arrivés de l’autre côté de cette maudite montagne. Mais les pertes sont énormes. Sur les 37 éléphants que j’avais en partant, seul un, mon fidèle Syrien, est parvenu au bout de cette aventure, et ce sont 15.000 hommes qui ont perdu la vie.

….
Parfois, j’en viens à me demander le sens de cette guerre, et si j’arriverai à vaincre. Il n’en fait aucun doute, même si mes troupes sont amoindries, fatiguées, et frigorifiées.13515327_10205275897052020_1564243759_n - copie 3

….Une chose pourtant m’est certaine : même si je viens à rencontrer la défaite, le monde entier et les siècles avenir parlerons encore de moi, Hannibal Barca, le général Carthaginois qui a réussi à faire traverser les Alpes à son armée.

….

Source principale : Histoire Romaine, Livre XXI – Chapitre 31 à 35, Tite-Live


15820869_10206554856745213_1933561947_o

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Anonyme
La Rédac

A voir les photos, on dirait qu’Hannibal a fait la Vallée Blanche… Grand coquin, il ne nous avait pas dit ça.

2 semaines ago

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :