Tout sur mon chien de Alejandro Palomas

Je vous présente le roman Tout sur mon chien, le deuxième tome de la trilogie de Alejandro Palomas, traduit de l’espagnol par Vanessa Capieu. Ce roman est publié par Le Cherche Midi, il fait 352 pages et il est sorti le 5 avril 2018.

Après Une mère, nous retrouvons avec plaisir la famille de Fer et ses personnages hauts en couleur.

Résumé : Laissez-vous gagner par cette famille fantaisiste digne d’Almodóvar. Réunion de famille impromptue dans un café. Fernando, sa mère, Amalia, ses deux sœurs, Emma et Silvia.
Tous espèrent un coup de téléphone qui tarde à arriver.
L’attente, fébrile, est ponctuée de scènes savoureuses, de quiproquos et de malentendus. Les vérités cachées ou à demi dites s’égrènent sans fin.
Et on rit aux larmes de cette comédie familiale plus profonde qu’il n’y paraît.

Ce deuxième tome s’axe sur d’autres « membres » de la famille : les chiens. Ils y jouent un rôle majeur dans les actions et dans la construction de chacun des personnages.

L’histoire se passe la majeure partie dans un café, un huis-clos intrigant, où Fer attend un message important. L’heure est grave dans ce bistrot où l’attente et le suspense entraînent le lecteur. Bien entendu, le lecteur fidèle retrouvera Amalia, avec ses bourdes et maladresses habituelles, mais aussi davantage de faiblesse chez cette femme qui vieillit. Le portrait d’Amalia est toujours aussi agréable, on sent que l’auteur connaît bien la relation mère-fils et les pensées de Fer sont toujours tendres envers-elle malgré ses gaffes.

Emma et Silvia, les deux sœurs, sont aussi présentes, mais plus en retrait.

J’ai apprécié de revoir ces personnages qui m’avaient fait grande impression dans le premier tome et la présence de leur passé avec l’explication sur le caractère froid de Silvia.

La présence des chiens reste pour moi secondaire et trop développée, avec des longueurs,  alors que l’on souhaite avoir davantage d’informations sur ce père toujours absent de leur vie !

Toujours de nombreuses émotions avec ce romancier, on passe des rires aux larmes au fil des pages.

17

 

15821011_10206554856665211_1041285050_o

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :